BFMTV

Dépister tous les enseignants? Blanquer juge la question "plus compliquée que ça en a l'air"

Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale, en conférence de presse le 14 mars 2020.

Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale, en conférence de presse le 14 mars 2020. - Thomas Samson - AFP

Emmanuel Macron a annoncé lundi soir la réouverture progressive des crèches, écoles, collèges et lycées le 11 mai prochain, au terme de près de deux mois de confinement.

Alors que les établissements scolaires sont les premiers lieux publics à avoir fermé, le 16 mars dernier, quelques jours avant le confinement de la population, ils devraient aussi être les premiers à rouvrir leurs portes, "progressivement", le 11 mai, a annoncé Emmanuel Macron lundi soir. Mais cette réouverture pose des questions sanitaires, par exemple le dépistage des enseignants, pour éviter une nouvelle propagation de l'épidémie.

"Ça fait partie des points qui sont à discuter dans le volet sanitaire des garanties que nous devons donner, puisque mon premier souci bien entendu c'est la protection des élèves et la protection des personnels", a assuré Jean-Michel Blanquer ce mercredi sur LCI.

"Regarder ce qui est raisonnable"

Néanmoins, le ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse ne semble pas privilégier à ce jour la mise en œuvre d'une campagne de dépistage pour tous les professeurs.

"La question du test est plus compliquée que ça en a l'air parce que même si nous étions capables de faire un test pour tous, on peut très bien tomber malade le lendemain du test. Donc ça voudrait dire un test tous les jours pour tout le monde, et ça, ça n'est pas possible sur un plan pratique. Donc il faut regarder ce qui est raisonnable et pertinent de faire mais en tout cas tous les sujets sanitaires sont évidemment sur la table", a-t-il ajouté.
Clarisse Martin