Une boîte de l'anti-épileptique Dépakine utilisée par des parents de victimes, le 13 décembre 2016 à Paris
 

Une association et un avocat ont appelé les familles de victimes de la Dépakine à ne "pas se précipiter pour déposer des dossiers" auprès du fond d'indemnisation mis en place. La Dépakine, un anti-épileptique a provoqué depuis 1967, des malformations congénitales rares chez 2.150 à 4.100 enfants.

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire