BFMTV
Santé

Des influenceurs approchés pour critiquer le vaccin Pfizer: Véran dénonce une opération "minable"

Plusieurs influenceurs ont indiqué avoir été contactés par une agence de communication, qui leur proposait, moyennant finance, de poster des messages mettant en cause le vaccin Pfizer.

Plusieurs influenceurs - qui comptent plus d'un million et demi d'abonnés sur YouTube au total - ont indiqué ce lundi avoir été contactés par une agence de communication, qui leur proposait, moyennant finance, de poster des messages mettant en cause le vaccin Pfizer.

"Je ne sais pas d'où ça vient, je ne sais pas si ça vient de France ou de l'étranger", a commenté Olivier Véran ce mardi, alors que des soupçons pèsent sur la Russie. "C'est minable, c'est dangereux, c'est irresponsable et ça ne marche pas", a rétorqué le ministre de la Santé, en déplacement à Avignon (Vaucluse).

"Les Français sont largement majoritaires à souhaiter le vaccin aujourd'hui et je ne crois pas que des vélléités, qu'elles viennent de l'extérieur du pays ou d'ailleurs, visant à essayer de faire de la communication négative soient de nature à détourner les Français de la vaccination."

Plusieurs influenceurs contactés

Sami Ouladitto (humoriste, avec près de 400.000 abonnés sur YouTube), Et ça se dit Médecin (interne en médecine, 84.000 abonnés Instagram) et Léo Grasset (vulgarisateur scientifique, 1,17 million d'abonnés à sa chaîne YouTube) ont partagé sur leurs comptes Twitter la même histoire: une agence les a contactés pour leur proposer un "partenariat" pour vertement critiquer le vaccin Pfizer/BioNTech.

"C'est étrange. J'ai reçu une proposition de partenariat qui consiste à déglinguer le vaccin Pfizer en vidéo. Budget colossal, client qui veut rester incognito et il faut cacher la sponso(risation, NDLR). Éthique/20. Si vous voyez des vidéos là-dessus vous saurez que c'est une opé(ration), du coup", raconte Léo Grasset.

Même scénario décrit par les deux autres personnalités des réseaux, Sami Ouladitto et Et ça se dit médecin.

M.D.