BFMTV

Covid-19: un membre du Conseil scientifique plaide pour confiner d'autres départements

Sur BFMTV, le gériatre Olivier Guérin se dit favorable à de nouvelles mesures de freinage pour les départements non concernés par le confinement mais où la circulation du virus est de plus en plus active.

Anticiper et donc reconfiner. Tandis que seize départements ont entamé ce week-end un troisième "confinement", même si le terme est contesté au sein de l'exécutif, plusieurs soignants estiment qu'il faut étendre ces nouvelles mesures sanitaires aux autres territoires fortement touchés par l'épidémie.

De là reconfiner déjà d'autres départements? "Oui", répond Olivier Guérin, chef du pôle gériatrie du CHU de Nice et membre du Conseil scientifique, ce lundi matin sur BFMTV.

"La question qui se pose vraiment c'est: est-ce que ça n'est pas utile aussi dans des régions qui sont en dynamique de croissance?", s'interroge le gériatre sur notre antenne.

"Est-ce que c'est suffisamment puissant?"

Le nouveau membre du Conseil scientifique insiste sur les dernières recommandations de son instance, celle-ci rappelant "l'enjeu de l'anticipation (...) une stratégie absolument nécessaire". Sur les nouvelles règles mises en place ce week-end, Olivier Guérin explique que l'utilisation de l'espace extérieur "a un certain sens".

"Est-ce que c'est suffisamment puissant" dans les départements déjà sous tension? C'est une autre question qui l'interroge, poursuit-il alors que médecins et épidémiologistes doutent de la capacité de ces restrictions à freiner le Covid-19 dans les 16 départements déjà concernés: "Nous le saurons dans les jours et les semaines qui viennent".

"Ce sont de bonnes mesures de freinage"

En attendant, Olivier Guérin juge efficace la fermeture des commerces dits "non-essentiels" ainsi qu'à l'interdiction des déplacements interrégionaux dans les départements concernés.

"Ce sont de bonnes mesures de freinage pour le coup puisque encore une fois on se contamine à l'intérieur, lorsqu'on fait de venir des amis, sur les lieux de travail, au moment des repas lorsqu'on tombe le masque", estime le gériatre. Il rappelle néanmoins la recommandation de "ne pas être aglutiné", au lendemain d'un carnaval non autorisé à Marseille, qui a réuni environ 6500 personnes.

Olivier Guérin estime enfin qu'il y a encore "quelques semaines à tenir" avant que les effets de la vaccination se fassent vraiment sentir et n'enrayent l'épidémie. Un retour à la vie normale que les Français devront encore attendre: "Il faut être d'une grande solidarité et d'une grande responsabilité."

dossier :

Reconfinement

Hugues Garnier Journaliste BFMTV