BFMTV

Covid-19: un an après, la première femme vaccinée au monde se porte bien

Margaret Keenan (C), applaudie par le personnel soignant après avoir reçu une dose du vaccin Pfizer/BioNTech à Coventry (Royaume-Uni), le 8 décembre 2020

Margaret Keenan (C), applaudie par le personnel soignant après avoir reçu une dose du vaccin Pfizer/BioNTech à Coventry (Royaume-Uni), le 8 décembre 2020 - Jacob King © 2019 AFP

Après sa vaccination le 8 décembre 2020, Margaret Keenan avait fait l'objet de fausses informations faisant état de son décès.

Le 8 décembre 2020, à l'hôpital universitaire de Coventry, au Royaume-Uni, Margaret Keenan recevait la première dose au monde du vaccin Pfizer/BioNtech administrée en dehors des essais cliniques. Depuis, cette ancienne bijoutière originaire d'Irlande du Nord se porte bien, malgré les fausses informations qui avaient été lancées à son encontre.

"Elle a reçu sa dose de rappel en septembre, et a profité de l'opportunité pour encourager les autres à faire de même", a confié sa nièce au Belfast Telegraph. Ajoutant: "Elle est en grande forme. Elle est un très bon exemple pour le reste du monde".

Cible de nombreuses "fake news"

Peu après sa vaccination, Margaret Keenan avait fait l'objet d'insistantes fausses informations de la part de réseaux anti-vaccins. Une première faisait état de la mort de la "vraie" Margaret Keenan en 2008, se basant sur un avis de décès de l'époque. Mais comme l'avait démontré l'agence de presse Reuters, cet avis de décès concernait une autre Margaret Keenan, morte en réalité en 2006, et dont l'identité des enfants ne correspondait pas à ceux de la première femme vaccinée.

Une autre rumeur présentait Margaret Keenan comme une actrice qui aurait été payée pour recevoir un faux vaccin, comme en témoigne la publication Facebook ci-dessous, qui n'a toujours pas été retirée de la plateforme.

Là encore, Reuters avait démontré que la théorie était fausse.

Mise à profit de sa notoriété

Selon sa famille, l'ancienne bijoutière a toujours été consciente de la portée symbolique de sa vaccination. Mais aussi de celle du t-shirt qu'elle portait pour sa première injection, bleu avec un pingouin habillé en Père-Noël, qui avait fait le tour du monde.

Si bien que pour cet hiver, Margaret Keenan a décidé de prêter son image à une campagne de vente de ces mêmes t-shirts, cette année déclinés en rouge. L'objectif? Récolter des fonds pour l'hôpital universitaire de Coventry et celui de Saint Cross, à Rugby.

Jules Fresard