BFMTV

Covid-19: pour Guillaume Rozier, "l'épidémie gagne du terrain mais de façon moins explosive"

Invité de RMC et BFMTV, le fondateur de CovidTracker et Vitemadose est venu livrer son regard sur les derniers chiffres du coronavirus en France.

La quatrième vague sera-t-elle comparable aux précédentes? Invité ce vendredi matin et RMC et BFMTV, le fondateur de CovidTracker et Vite Ma Dose, Guillaume Rozier, est venu livrer son regard sur les derniers chiffres de l'épidémie de Covid-19 en France. S'il est indéniable qu'elle repart à la hausse depuis plusieurs semaines sous la pression du variant Delta, notre invité souligne une légère inflexion dans les contaminations des derniers jours.

"On a un nombre de cas qui augmente, il a augmenté de façon extrêmement rapide à la mi-juillet, le nombre de cas triplant en une semaine", atteste le jeune ingénieur, évoquant "un taux de croissance qu'on n'avait jamais vu en France depuis le début de l'épidémie". "C'était vraiment extrêmement rapide", insiste-t-il.

Actuellement, la circulation du coronavirus reste importante: "Ça augmente de façon rapide, ça augmente de 50% par semaine" explique notre invité, rappelant qu'il s'agit de "la vitesse qu'on observait à la vague de cet hiver ou de l'automne dernier". Des données qui permettent à celui qui a été fait Chevalier de l'ordre du mérite en mai d'affirmer que "l'épidémie gagne du terrain mais de façon moins explosive qu'il y a une quinzaine de jours".

Vers une nouvelle saturation des hôpitaux?

Pour ce spécialiste de la data, il est évidemment trop tôt pour prédire quoique ce soit quant à l'évolution de cette quatrième vague du coronavirus en France, sachant qu'un Français sur deux est désormais totalement vacciné. Il met d'ailleurs d'un point d'honneur à bien distinguer la vague épidémique d'un côté, qui permet de mesurer la propagation du virus, et la vague sanitaire de l'autre, comprenant les entrées à l'hôpital, les cas graves et les morts.

Reste que le risque est toujours présente, et comme de nombreux autres experts, Guillaume Rozier avertit, "qu'on a à peu près 20% des personnes âgées qui ne sont pas vaccinées, ce qui représente un million de personnes, vu le taux d'admissions à l'hôpital et le taux mortalité chez ces personnes". "Ce serait malheureusement suffisant pour saturer les hôpitaux", redoute-t-il. Un scénario catastrophe qu'est en train de vivre la Martinique actuellement.

https://twitter.com/jmaccaud Jérémy Maccaud Chef d'édition BFMTV