BFMTV

Covid-19: non, les vaccins ne rendent pas les personnes vaccinées magnétiques

Une personne ayant reçu une dose de vaccin le 28 avril aux Etats-Unis

Une personne ayant reçu une dose de vaccin le 28 avril aux Etats-Unis - SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Contrairement à ce que certains affirment sur les réseaux sociaux, les vaccins contre le Covid-19 ne contiennent pas de substances transformant la peau en un aimant, assurent de nombreux médecins et physiciens.

"Regardez, regardez mon téléphone..." Sur les réseaux sociaux, les vidéos où des utilisateurs affirment qu'on leur a injecté, lors de leur vaccination contre le Covid-19, "une puce" ou un produit les transformant en aimant, se multiplient. Sur ces séquences, on peut généralement voir une personne poser son téléphone ou un objet aimanté sur son bras, affirmant de fait qu'il colle à cette partie de son corps.

Il est tout d'abord impossible de vérifier que les personnes qui se filment ont bien été vaccinées. De nombreux médecins et physiciens ont également rappelé que les vaccins ne contiennent pas de produits permettant à un aimant de réagir.

Le Dr Thomas Hope, professeur de biologie cellulaire et à l'école de médecine Feinberg de l'université Northwestern, a expliqué à l'Agence France-Presse (AFP): "C'est impossible. Il n'y a rien (dans les vaccins, ndlr) avec lequel un aimant puisse interagir, ce sont des protéines et des lipides, des sels, de l'eau et des produits chimiques qui maintiennent le pH. C'est à peu près tout, donc ce n'est pas possible."

Un morceau de métal "assez gros"

Pour Thomas Hope, même si les sérums contenaient des traces d'une substance métallique, "il faudrait avoir mis un morceau de métal assez gros sous la peau pour que les aimants de réfrigérateur adhèrent". Ce qui est impossible, selon lui.

Une position partagée par Eric Palm, un physicien directeur du National High Magnetic Field Laboratory au sein de l'université de Floride. Il a expliqué, auprès de la BBC, que les aiguilles utilisées pour vacciner étaient "très petites", mesurant "moins d'un milLimètre de diamètre". Si une personne injectait une particule "extrêmement magnétique", elle serait "si petite qu'elle ne permettrait pas à un magnet de rester bloquer sur la peau".

"Pour accrocher un aimant, il faut en face un bout de métal suffisamment gros. Donc on le verrait et ça ne pourrait pas passer à travers la seringue", a abondé Julien Bobroff, physicien et professeur à l'Université Paris-Saclay auprès de France 24.

Par ailleurs, si comme certains le pensent une puce est injectée en même temps que le vaccin, créant l'effet de magnétisme, Julien Bobroff a expliqué que cela était impossible auprès de nos confrères: "Un aimant ça s'accroche à n'importe quel matériau magnétique. Une puce ce n'est pas magnétique. Vous pouvez prendre n'importe quel appareil avec une puce autour de vous, si je mets un aimant dessus, il se casse la figure."

Une vidéo humoristique

Plusieurs éléments peuvent expliquer qu'un objet tienne sur son bras, a détaillé le physicien Eric Palm: le fait que la peau est graisseuse, qu'il reste des résidus de la colle du pansement apposé après la vaccination ou que les personnes ont pu appliquer sur elles des substances huileuses.

Le mois dernier, Emilaaay 442, une utilisatrice de Tik Tok, s'est excusée après avoir publié une vidéo humoristique où elle fait croire qu'un magnet se colle à son bras après avoir été vaccinée. Elle l'avait, en fait, léché avant de le mettre sur sa peau.

"J'essayais de montrer à quel point les rumeurs et les fausses informations se développent sur les réseaux sociaux", a-t-elle expliqué dans la séquence. "Vaccinez-vous ou ne le faites pas, mais s'il vous plaît, quoi que vous fassiez, arrêtez de croire aux choses que vous voyez sur Tik Tok, Facebook ou Youtube", a-t-elle souhaité mettre en garde.

Clément Boutin Journaliste BFMTV