BFMTV
Santé

Covid-19: les urgentistes et réanimateurs veulent augmenter le nombre de lits disponibles

Une équipe de soignants se prépare dans le service de réanimation de l'hôpital Purpan à Toulouse (sud-ouest), le 4 février 2021.

Une équipe de soignants se prépare dans le service de réanimation de l'hôpital Purpan à Toulouse (sud-ouest), le 4 février 2021. - GEORGES GOBET © 2019 AFP

Dans un communiqué commun, l'Association des médecins urgentistes de France et le Syndicat des médecins réanimateurs demandent une hausse du nombre de lits en réanimation.

L'Association des Médecins urgentistes de France (AMUF) et le Syndicat des médecins réanimateurs (SMR) appellent le gouvernement à augmenter le nombre d'internes formés à la réanimation, ainsi qu'une hausse des lits dans ce service sous tension depuis le début de la crise du coronavirus.

Actuellement, 27.634 personnes sont hospitalisées en France à la suite d'une infection au Covid-19, dont 3332 patients en réanimation.

Passer de 74 à 150 internes de réanimation

"Nos deux organisations demandent d’une part, le passage de 74 internes de réanimation formés chaque année à 150 afin d’assurer le renouvellement des générations, et d’autre part, le doublement des lits de réanimation pérennes en France", peut-on lire dans le communiqué diffusé mardi.

Cette demande de hausse du personnel en réanimation intervient alors que plusieurs foyers de contamination ont été détectés dans des établissements hospitaliers. Ces clusters ont des conséquences directes sur les disponibilités de soignants ainsi que de lits.

En région parisienne, cinq hôpitaux sont touchés par des clusters, "cela se traduit par 820 jours sans pouvoir travailler et 120 lits fermés", soulignait mardi auprès du Parisien Gilles Pialoux, chef du service d'infectiologie à l'hôpital Tenon, à Paris.

Une "pénurie inutile"

Selon les auteurs du communiqué, "le manque de lits de réanimation médicale crée une pénurie inutile et place la France dans les derniers rangs des pays de l’OCDE en équipements et structures de réanimation".

Pour ces praticiens, le concept "des réanimations éphémères", destiné à augmenter la capacité en lits durant l'épidémie, "est un non sens". Et d'ajouter: "il déstabilise le système, il favorise les malades de la Covid au détriment des autres malades."

"L’épidémie de la Covid va durer encore longtemps, rappelle l'AMUF et la SMR. Anticiper est la meilleure façon de ne pas la subir."
Esther Paolini Journaliste BFMTV