BFMTV

Fermeture des écoles ou reconfinement: les élus de Moselle réclament des mesures contre les variants

Plusieurs élus de Moselle tirent la sonnette d'alarme, ce jeudi, face à l'aggravation rapide de la situation sanitaire dans le département. Certains appellent à la fermetures des établissements scolaires, d'autres à un reconfinement local.

"Oui hélas", François Grosdidier estime qu'il faut reconfiner la Moselle. Et pas uniquement. Interrogé par BFMTV ce jeudi à la suite de la conférence de presse d'Olivier Véran, le maire Les Républicains de Metz tire la sonnette d'alarme au sujet des variants du Covid-19 qui se propagent en France, et notamment dans son département. D'après Olivier Véran, attendu sur place vendredi, la situation est "inquiétante" en Moselle.

"Quand on atteint la cote d'alerte, (...) il faut un vrai confinement, qui soit limité dans l'espace et dans le temps, mais qui soit un vrai coup de frein. (...) Je pense aussi qu'il faut fermer plutôt les écoles", a affirmé l'ancien sénateur.

Le couvre-feu insuffisant

Alors que 300 cas des variants sud-africain et brésilien ont été détectés dans son département ces quatre derniers jours, François Grosdidier juge que la décision du gouvernement de ne pas reconfiner le pays n'a pas été la bonne. Vendredi, il accueillera le ministre des Solidarités et de la Santé, qui doit se rendre à Metz pour faire un point sur la situation.

"Je pense (que) le choix du couvre-feu avancé n'a pas été bon et qu'il aurait mieux valu des confinements forts", a-t-il ajouté, insistant sur le besoin spécifique de la Moselle d'être mise sous cloche.

"Accélération très brutale"

Pour freiner la propagation des variants, la fermeture des "écoles primaires, les collèges et les lycées" à partir de vendredi soir est donc à l'étude, a confirmé Patrick Weiten, le président du département de la Moselle jeudi à l'antenne de BFMTV.

Un avis partagé sur notre antenne par Pierre Cuny, maire (Divers Centre) de la commune de Thionville, qui a participé à la réunion qui s'est tenue ce jeudi soir avec la préfecture. Selon lui, plusieurs mesures ont bien été évoquées en vue d'enrayer l'épidémie, dont l'avancement d'une semaine des vacances scolaires (qui sont censées débuter samedi 21 février).

"C'est clair qu'il est aujourd'hui urgent de renforcer et de proposer mesures qui permettront véritablement de bloquer cette expansion de ces virus", a expliqué le médecin et élu sur notre antenne, assurant que "plusieurs pistes ont été évoquées: la première, que je soutiens, est d'avancer les vacances scolaires qui seront prises dans une semaine car on s'aperçoit que beaucoup de classes sont aujourd'hui fermées car des enfants ou des Atsem sont contaminés. Je pense qu'il faut avancer d'une semaine la fermeture des écoles sur le territoire mosellan".

Le médecin rapporte "une accélération très brutale" de la situation sur son territoire au cours des 48 dernières heures, alors "que nous étions jusque là sur un plateau ascendant mais lent". "40% des cas aujourd'hui sont des variants, et ça c'est quelque chose de tout à fait nouveau, d'exponentiel qui est survenu en seulement quelques jours et qui nécessite des mesures fortes".

dossier :

Reconfinement

Jules Pecnard Journaliste BFMTV