BFMTV

Covid-19: le Conseil scientifique recommande le maintien de la gratuité des tests pour les moins de 16 ans

Des enfants attendent d'être testés pour le Covid-19 dans une école d'Eysines, près de Bordeaux (France), le 25 février 2021.

Des enfants attendent d'être testés pour le Covid-19 dans une école d'Eysines, près de Bordeaux (France), le 25 février 2021. - Philippe LOPEZ © 2019 AFP

Alors que la couverture vaccinale reste partielle chez les adolescents et quasi nulle chez les moins de 12 ans, les tests de dépistage du Sars-CoV-2 ne répondant pas à une prescription médicale deviendront payants à compter du 15 octobre.

Le Conseil scientifique se veut catégorique. Dans son dernier avis rendu public ce vendredi, l'institution souhaite faciliter le recours au dépistage des enfants dans les familles. Pour se faire, le Conseil recommande le maintien de la gratuité des dispositifs de dépistage hors milieu scolaire pour l'ensemble des enfants et adolescents de moins de 16 ans.

Les tests dit "de confort" - ceux qui ne rentrent pas dans le giron d'une prescription médicale - doivent en effet devenir payants à compter du 15 octobre prochain, y compris pour les enfants et adolescents, comme l'avait annoncé le gouvernement dans le courant de l'été. Ainsi, les tests PCR et antigéniques sans ordonnance seront concernés par ce non-remboursement.

Parer les angles morts de la vaccination

Dans ce nouvel avis, le Conseil scientifique fait preuve de pragmatisme et souhaite parer les angles morts de la campagne vaccinale. En effet, les enfants de moins de 12 ans sont susceptibles d'être des vecteurs du virus, lié au fait que l'immense majorité d'entre eux ne peut être encore vaccinée. Concernant les 12-16 ans, les scientifiques s'appuient sur la réalité d'une couverture vaccinale encore partielle dans cette catégorie de la population, ainsi la responsabilité légale des parents, qui décident par la même de la vaccination ou non de leurs progénitures.

La rentrée scolaire, de la primaire au collège, ne semble pour l'heure avoir débouché sur aucune hausse des cas de contamination au Covid-19, de l'avis du monde scientifique. Au regard de l'accalmie de la crise sanitaire ces dernières semaines, l'exécutif avait annoncé mercredi 22 septembre dernier l'abandon des masques dans les classes des écoles primaires des départements se situant sous le seuil des 50 cas pour 100.000 habitants.

Hugo Roux