BFMTV

Covid-19: faut-il encourager les lycéens à porter le masque à la maison?

Pour certains médecins, garder le masque chez soi pour les lycéens est l'une des meilleures solutions pour éviter les contaminations intra-familiales.

Garder le masque à la maison est-il la solution pour freiner l'épidémie de Covid-19? C'est en tout cas ce qui est prôné par certains médecins, notamment pour les lycéens.
"Il faut dire aux jeunes qu'ils gardent le masque à la maison", a ainsi affirmé William Dab, médecin et ancien directeur général de la Santé, sur notre antenne ce dimanche.

"Je comprends que les écoles et les lycées restent ouverts car cette épidémie touche inégalement les différentes catégories sociales et la perte de la scolarisation a plus de conséquences dans les familles modestes (...) En revanche, il faut que quand [les lycéens] rentrent, ils gardent leur masque. Il faut qu'ils soient très rigoureux sur l'hygiène des mains, surtout dans des petits logements où on va avoir du mal à respecter la distance", a affirmé le médecin.

"Les lycéens à la fois contaminés et contaminants"

Selon lui, il faut même renoncer aux repas familiaux. "C'est un bouleversement, le repas familial peut être un moment très important mais si on ne contrôle pas ça, on ne va pas réussir à concilier notre obligation éducative et ralentir cette épidémie pour éviter des malades et des morts et limiter la casse économique et sociale qui est déjà considérable", a-t-il justifié.

Cette opinion est partagée par Robert Sebbag, infectiologue à l'hôpital de la Pitié Salpêtrière à Paris, qui estime que les lycéens ont le "même comportement que les adultes, à savoir à la fois contaminés et contaminants". D'après lui, garder le masque à la maison relève donc du "bon sens".

"Si on a des parents dont on sait qu'ils sont à risque, ça me paraît quelque chose d'évident (...) [Porter le masque à la maison] ne me choque pas parce que c'est un lieu clos. Dans les lieux clos, le risque de contamination intrafamiliale est réel", a-t-il expliqué sur notre antenne ce lundi.

"Double pression sur les lycéens"

Une proposition notamment portée par les connaissances plus fines du mode de transmission de ce virus dont on dispose depuis cet été. Le port du masque en lieu clos est en effet obligatoire depuis le 20 juillet dernier parce que les scientifiques se sont aperçus qu'on se contaminait non seulement avec la projection de gouttelette en face à face mais aussi par aérosol.

Pour Mathieu Devlaminck, président de l'Union nationale lycéenne (UNL), demander aux lycéens de garder le masque chez soi est une preuve que les établissements scolaires sont des cluters.

"On va se faire contaminer au lycée et après on va le donner à nos parents, nos grands-parents et c'est dangereux. On a peur de l'attraper et le donner à notre famille, il y a une double pression sur les lycéens aujourd'hui", a-t-il fustigé au micro de BFMTV.

Jean Castex prône le masque à la maison pour tous

Alors que de nombreuses vidéos montrant des établissements bondés ont circulé sur les réseaux sociaux en ce lundi de rentrée, Mathieu Devlaminck "ne voit pas comment les lycées vont rester ouverts plus de deux semaines sans devenir des clusters". "On devait avoir un protocle sanitaire renforcé, la réalité c'est que c'est le même qu'en septembre", a-t-il affirmé.

Invité sur le plateau du JT de TF1 ce dimanche, le Premier ministre Jean Castex est allé plus loin que William Dab, en prônant le port du masque dans l'espace privé pour tous les Français.

"Le peuple français, comme tous les peuples européens, est dans la difficulté. Cette crise les fatigue, ils sont soucieux de perspectives. La meilleure perspective, c'est que nous devons la gérer pour plusieurs mois, tous ensembles, en respectant les gestes barrières, en portant le masque, y compris chez soi".
Fanny Rocher