BFMTV
Santé

Covid-19: face à la hausse des cas, le masque de retour dans certaines écoles

PHOTO D'ILLUSTRATION

PHOTO D'ILLUSTRATION - Martin BUREAU © 2019 AFP

Dans certains établissements scolaires, les élèves sont incités à porter un masque pour se protéger du Covid-19, qui circule de plus en plus dans la population.

Va-t-il revenir? Depuis le 14 mars, le port du masque n'est plus obligatoire dans les établissements scolaires. Mais face à la reprise de l'épidémie, certains directeurs d'école n'hésitent plus à demander aux élèves de se protéger contre le Covid-19.

"Je demande, dans la mesure du possible, à ce que les masques soient portés de nouveau pour une période de sept jours", explique Olivier Flipo, directeur d'une école dans le Val d'Oise.

Même si cette mesure n'est pas obligatoire dans l'établissement, près de la moitié des 250 élèves auraient remis leur masque, indique-t-il.

Près de 150.000 nouveaux cas

Car le Covid-19 circule de nouveau dans la population. Ce jeudi, 148.635 nouveaux cas ont été recensés, selon Santé publique France, contre 101.747 cas sept jours plus tôt. Pour Bertrand Legrand, médecin généraliste, cette reprise de l'épidémie est une suite logique des annonces du gouvernement à la mi-mars. .

"Très clairement, on a une augmentation des pathologies respiratoires qui sont liées à la suppression du port du masque dans les espaces clos."

Le masque va-t-il donc de nouveau être rendu obligatoire dans les classes? Interrogé par Le Parisien, le ministère de l'Éducation nationale indique que seule une décision préfectorale, en cas de cluster local, pourrait imposer le retour du masque sur le nez et la bouche des élèves.

De son côté, le président de la République, Emmanuel Macron, a assuré qu'il prendrait "ses responsabilités" pour protéger les Français en cas de sixième vague.

"On a maintenu le masque dans les transports parce qu’on est tassés, on a même maintenu le pass sanitaire dans l’hôpital, on a lancé une campagne de rappel. Si les choses devaient se dégrader, le président que je suis prendrait ses responsabilités pour protéger", a-t-il affirmé ce mercredi.
Par A.G