BFMTV
Santé

Covid-19: à quand un retour à la "normalité"? Didier Pittet table sur l'été 2022 pour un "premier bilan"

L'infectiologue et épidémiologiste suisse met en garde contre des semaines encore "difficiles" à venir.

Il faut encore s'armer de patience avant de crier victoire sur l'épidémie de Covid-19. C'est en substance le message passé par l'infectiologue Didier Pittet, ce jeudi sur France Inter. Le médecin, inventeur de la formulation du gel hydroalcoolique, a adressé une mise en garde au sujet des mois à venir:

"On va pouvoir faire un premier bilan à l'été, mais ensuite on va se propulser vers l'automne, et à ce moment-là, il y aura certainement d'autres variants. Peut-être qu'il faudra d'autres vaccins, et il faudra ensuite pouvoir passer un automne qui ne sera pas un automne normal, ensuite l'hiver. Je crois que c'est en été 2022 qu'on pourra réellement faire un véritable bilan de la situation, et probablement que là, tout sera beaucoup plus facile", avait estimé Didier Pittet.

"La question est de savoir qu'est-ce qu'est la normalité"

Le spécialiste, par ailleurs président de la mission indépendante nationale sur l'évaluation de la gestion de la crise Covid-19 en France, a précisé son propos sur BFMTV ce vendredi.

"Je n'ai pas dit que la fin de l'épidémie serait pour 2022", corrige-t-il. Il explique avoir répondu à la question suivante: "Quand pensez-vous que nous retournerons à la normalité?"

"Toute la question est de savoir qu'est-ce qu'est la normalité. S'il s'agit de reprendre les grandes fêtes avec 10.000 personnes debouts qui dansent, qui s'embrassent, dans les grands concerts publics, je pense en effet qu'il ne faut pas s'attendre à ce que ce soit possible cet été. Cet été on le sait, si on peut faire des activités de ce genre-là, il faudra qu'elles soient beaucoup plus, je dirais, disciplinées ou orchestrées ou organisées avec des barrières sanitaires qu'on connaît très bien", a poursuivi Didier Pittet.

En ce qui concerne les concerts, le ministère de la Culture a déjà annoncé aux professionnels du secteur que les festivals de l'été devront se tenir en configuration assise, avec une limite de 5000 spectateurs. Une limite qui a déjà causé certains à se préparer à annuler leur édition 2021, à l'image du Hellfest.

"Plusieurs semaines difficiles"

Didier Pittet explique avoir également visé avec sa réponse les "grands voyages internationaux, la reprise de toutes ces activités de globalisation auxquelles on doit finalement cette pandémie. (...) Nous allons encore passer plusieurs semaines difficiles", a -t-il conclu.
Clarisse Martin Journaliste BFMTV