BFMTV

Coronavirus: "On peut encore faire face à des besoins critiques" à Lyon, assure Georges Képénékian

L'actuel président du Conseil de surveillance des Hospices civils de Lyon s'est voulu rassurant sur la situation des hôpitaux dans la métropole.

Les hôpitaux lyonnais peuvent encore accueillir des patients atteints du coronavirus. Georges Képénékian, président du Conseil de surveillance des Hospices civils de Lyon, a assuré ce mardi sur BFM Lyon qu'il restait des lits disponibles dans l'agglomération. 

"On a encore du potentiel pour accueillir des malades qui n'ont pas besoin de la réanimation", a d'abord souligné le premier adjoint du maire de Lyon en charge des grands projets et des équipements. Avant de préciser: lundi soir, "il nous restait une trentaine de lits de réanimation à répartir sur le territoire. On peut encore faire face à des besoins critiques s'il y avait besoin". 

Une "lueur d'espoir"

S'il estime la situation "bien gérée" dans les hôpitaux lyonnais, Georges Képénékian appelle à ne pas relâcher les mesures prises pour lutter contre l'épidémie de Covid-19, malgré quelques signes encourageants.

"On va le dire prudemment: il y a un peu moins d'appels au Samu depuis trois jours. On peut penser que le confinement commence à produire des résultats. Mais soyons extrêmement prudent, il reste des malades qui vont arriver dans les services de réanimation. Il faut 15 jours-3 semaines pour qu'un cycle complet d'infection soit terminé", a-t-il rappelé. 

L'éphémère maire de Lyon, qui avait remplacé Gérard Collomb parti au ministère de l'Intérieur, appelle à ne surtout lever le confinement. "Ce n'est pas au moment ou nous allons peut être gagner le début de cette bataille qu'il faut relâcher la pression", selon lui. Et s'il existe "une petite lueur d'espoir au bout du tunnel", il met en garde contre de possibles rebonds de l'épidémie.

Benjamin Rieth