BFMTV
Santé

Coronavirus: les personnes asthmatiques sont-elles plus fragiles face au Covid-19?

Pour la Fédération française d'allergologie, les personnes souffrant d'asthme doivent continuer à prendre leur traitement par corticoïdes inhalés.

La Fédération française d'allergologie a dû se fendre d'une mise au point mardi. Il n'a "jamais été démontré que la prise de corticoïdes inhalés était un facteur de risque sévère" face au nouveau coronavirus, a indiqué la structure, citée par l'Agence France-Presse (AFP).

Cette mise au point intervenait après une alerte émise par le ministère de la Santé en début de semaine, concernant des médicaments comme l'ibuprofène (un anti-inflammatoire très usité) et certains corticoïdes qui pourraient constituer des facteurs aggravants du Covid-19.

Poursuivre son traitement

"Il est indispensable pour les patients asthmatiques de continuer à se traiter pour que leur maladie soit contrôlée", a insisté la Fédération dans un communiqué. Elle souligne par ailleurs que "l’asthme n’est pas un facteur de risque de développer des formes plus sévères de Covid-19 les conduisant en réanimation, si l’asthme est bien contrôlé notamment par les corticoïdes inhalés". 

La prise du traitement est d'autant plus importante que se profile la saison des pollens, auxquels sont particulièrement sensibles les personnes allergiques et asthmatiques. Ces allergies, parfois accompagnées de toux et de sifflements, pourraient être confondues avec des symptômes du nouveau coronavirus.

Précisions de la direction générale de la Santé

Dans un avis provisoire face aux risques liés au Covid-19, le Haut conseil de la santé publique a placé "les personnes présentant une pathologie chronique respiratoire" dans sa liste de "patients à risque de formes sévères" de coronavirus. Ce qui ne place pas toutes les personnes asthmatiques dans cette catégorie, souligne Le Figaro. Cela ne concerne que "les asthmes chroniques sévères", a précisé la direction générale de la Santé, citée par le quotidien.

"A priori, l'asthme des jeunes n'est pas un facteur de risque. Seul un asthme non contrôlé ou un asthme qui s'est transformé en broncho-pneumopathie obstructive, surtout chez des personnes âgées, est un facteur de risque", a explicité Blaise Genton, médecin chef d'Unisanté, centre universitaire de médecine générale et santé publique à Lausanne, auprès du Figaro.

Rester chez soi pour se protéger

Alors que la crise du coronavirus est récente, "les données qu'on a ne sont pas stabilisées", insistait ce vendredi Aurélien Rousseau, directeur général de l'Agence régionale de santé d'Île-de-France, sur BFMTV.

"Dans ces cas là, la règle est simple. Quand on a une incertitude, (...) on prend des protections encore plus fortes quand on est asthmatique, et donc on veille encore plus fort à rester chez soi et à éviter les contacts avec l'extérieur, c'est une règle de bons sens", a-t-il exhorté.
Clarisse Martin