BFMTV

Coronavirus: la police scientifique de Lyon met du matériel à disposition des hôpitaux pour effectuer des tests

Après avoir fait don de blouses ou encore de masques, la police scientifique va mettre à disposition des hôpitaux du matériel permettant d'effectuer davantage de tests de virologie.

En début d'épidémie déjà, la police scientifique de Lyon avait apporté son aide dans la lutte contre la propagation du coronavirus. Après avoir fait don de masques, de blouses ou avoir fabriqué du gel hydroalcoolique, elle entend à présent prêter des machines de quantification d'ADN. Celles-ci permettront d'effectuer davantage de tests de virologie, et ainsi détecter davantage de cas positifs.

"En criminalistique, nous utilisons ces machines pour détecter et quantifier l'ADN présent dans des échantillons, explique Marie Thérèse Thevenot, directrice des laboratoires de la police scientifique de Lyon. Ce type d'appareil peut être utilisé en milieu hospitalier pour réaliser les tests du Covid-19".

Une machine "totalement adaptable"

En plus d'être facilement et rapidement transportable, la machine "est totalement adaptable", développe-t-elle: "Ce qui va changer, ce sont les réactifs qui vont être utilisés. La machine va pouvoir détecter l'acide ribonucléique (ARN) viral et ensuite détecter en positif ou en négatif les échantillons".

En l'espace de 24 heures, une seule machine peut analyser 1200 échantillons. Deux établissements, en Picardie et à Paris, bénéficient déjà de ce type de matériel

"Notre participation à l'effort collectif"

"Notre activité s'est réduite même si nous avons maintenu l'ensemble des disciplines dans lesquelles nous sommes amenés à apporter notre expertise", note Francis Choukroun, directeur de l'Institut national de la police scientifique. Cette mise à disposition de matériel, "c'est notre participation à l'effort collectif, à la solidarité nationale".

Au total, cinq machines de ce type seront mises à disposition des établissements hospitaliers par la police scientifique sur l'ensemble du territoire, soit la moitié de son parc.

Florian Bouhot