BFMTV

Controverse autour d'une unité de soins baptisée au nom d'un ancien de l'Occupation

Le baptême d'une unité de service hospitalier à Clamart (Hauts-de-Seine) au nom d'un ancien académicien et administrateur de la Comédie française sous l'Occupation a fait naître une controverse entre la direction et un syndicat sur son véritable rôle durant les années noires, a-t-on appris jeudi.

Le syndicat Sud-Santé du groupe hospitalier Paul-Guiraud basé à Villejuif (Val-de-Marne), reproche à la direction de l'établissement, qui a ouvert en mai 2012 un centre psychiatrique à Clamart, d'avoir donné le nom de l'une de ses nouvelles unités à Jean-Louis Vaudoyer présenté comme "un ancien collaborateur des nazis".

Le syndicat juge "honteux" que le nom de cet homme puisse être attribué à une unité de soins et demande à ce qu'elle soit débaptisée. Il est rejoint par le Dr. Bernard Lachaux président de la commission médicale d'établissement (CME) qui juge "incongrue" cette appellation à laquelle il s'oppose.

"Pourquoi pas une unité Louis-Ferdinand Céline", ironise le médecin.

Contactée la direction s'est défendue de promouvoir un ex-collaborateur et a souligné que ce choix était le fruit d'une consultation auprès des équipes médicales du nouveau centre désireuses d'honorer des personnalités nées ou ayant vécues dans cette banlieue du sud-ouest parisien.