BFMTV

Combien de doses de vaccins sont actuellement stockées en France, en attente d'être injectées?

Combien de doses de vaccins sont actuellement stockées en France, en attente d'être injectées ?

Combien de doses de vaccins sont actuellement stockées en France, en attente d'être injectées ? - BFMTV

INFOGRAPHIE. Contrairement au début de la campagne, le taux d'utilisation des vaccins est aujourd'hui relativement élevé. BFMTV.com fait le point.

Alors que les appels à l'élargissement de la campagne de vaccination se multiplient, la France est-elle réellement capable d'accélérer le rythme actuel? Pas vraiment si l'on se fie aux données de Santé Publique France.

Au 26 avril, sur les 22 millions de doses livrées dans le pays, plus de 20 millions ont déjà été administrées, soit un taux d'utilisation de 90%. Un rythme tenu depuis la mi-mars, plus élevé qu'au début de la campagne où le taux d'utilisation variait plutôt entre 70 et 80%.

Comme vous pouvez le voir sur l'infographie ci-dessus, on note de fortes disparités en fonction des vaccins :

  • Le taux d'utilisation de Pfizer est de 97% au 26 avril (14,6 millions de doses administrées sur 15,1 millions livrées)
  • Le taux d'utilisation de Moderna est de 89% au 26 avril (1,6 million de doses administrées sur 1,8 million livrées)
  • Le taux d'utilisation d'AstraZeneca est de 73% au 26 avril (3,7 million de doses administrées sur 5,1 million livrées)
  • Le taux d'utilisation de Janssen est de 2% au 26 avril (4750 doses administrées sur 200.000 livrées)

Pourquoi tant de créneaux de vaccinations disponibles?

Ce mercredi après-midi, plus de 290.000 créneaux étaient disponibles pour se faire vacciner en France, selon le décompte du site ViteMaDose. Un chiffre qui augmente au fil des semaines, comme le déplore de plus en plus de professionnels de santé, responsables politiques et citoyens sur les réseaux sociaux. Comment explique-t-on ce phénomène?

Notons déjà que le chiffre de 290.000 créneaux disponibles ce mercredi est largement inférieur au nombre de doses stockées dans le pays. Comme on peut le voir sur l'infographie au début de l'article, plus de 2,2 millions de doses sont en effet stockées actuellement.

Pourquoi ne pas utiliser tout le stock de vaccin?

Il paraît impossible d'utiliser 100% du stock disponible car de nouvelles livraisons arrivent toutes les semaines. Le temps de réceptionner, rediriger et envoyer les flacons vers les centres de vaccinations (vaccinodromes, hôpitaux, pharmacies, cabinets de médecin...) fait que des doses sont en permanence en train de circuler dans le pays.

De plus, certaines doses sont volontairement préservées pour la deuxième injection. C'est par exemple le cas en outre-mer où les autorités mettent de côté certaines doses au cas où leur acheminement deviendrait compliqué à l'avenir. Enfin, selon la DGS, interrogée par Le Huffington Post, certains centres proposent des rendez-vous en amont des livraisons:

“C’est un phénomène assez normal. À un instant donné, des créneaux sont ouverts à certains endroits. En ce moment, c’est lié à une accélération des livraisons de doses Pfizer. 7 millions doivent arriver. Ça permet aux centres d’ouvrir un certain nombre de créneaux."

28% des Français toujours opposés à la vaccination

Une partie de ces créneaux libres est également provoquée par le refus de certains Français de se faire vacciner. Selon un sondage réalisé par Elabe pour BFMTV, 28% des adultes consultés se disent plutôt opposés à la vaccination, dont 11% avec certitude. 10% ne savent pas encore quelle sera leur décision.

Ce même sondage révèle également que tous les vaccins ne suscitent pas la même adhésion: 54% des Français ne feraient ainsi pas confiance au AstraZeneca et 38% au Janssen... Deux vaccins qui sont clairement moins administrés que le Pfizer et le Moderna.

Si le refus de se faire vacciner par certains Français explique en partie pourquoi des dizaines de milliers de créneaux de vaccinations sont disponibles, il faut néanmoins rappeler que, parmi les personnes actuellement éligibiles, l'adhésion à la vaccination est plus forte. Chez les 65 ans et plus, seulement 10% des sondés s'opposent à la vaccination. Une part qui monte à 22% chez les 50-64 ans, deux fois moins que chez les 18-34 ans (entre 40 et 44% opposés).

Louis Tanca Journaliste BFMTV