BFMTV
Santé

Ces Français qui préfèrent attraper le Covid-19 plutôt que de se faire vacciner

Pour échapper à la vaccination contre le Covid-19, des Français cherchent à être contaminés afin d'obtenir un certificat de rétablissement et un pass sanitaire.

"Quelqu'un qui a le Covid près de chez moi ? J'ai besoin d'un pass pour six mois et je préfère l'attraper que de faire le vaccin, alors qui m'éternue dessus ?", "cherche désespérément une personne qui a le Covid pour échapper au vaccin...". Sur les réseaux sociaux, les annonces comme celles-ci se comptent par dizaines.

Des jeunes Français cherchent à avoir le Covid-19 pour obtenir un certificat de rétablissement, et ainsi échapper à la vaccination les six mois suivant leur contamination. Une situation qui leur permettra alors d'obtenir un pass sanitaire.

"Ca ne me dérangeait pas d'attraper le Covid pour avoir un pass sanitaire. J'ai croisé une amie, elle m'a dit qu'elle présentait des symptômes du Covid, ça ne m'a pas empêché de manger dans son assiette, de la côtoyer, sans masque" confie Amélie (dont le prénom a été modifié) à BFMTV.

Cette démarche, qui s'appuie sur de fausses informations, peut s'avérer dangereuse car développer une forme grave du Covid-19 est également possible pour les jeunes. Un argument qui n'a pas empêché Amélie de tenter à plusieurs reprises d'être contaminée. "Je pars du principe que si je dois le choper je vais le choper, et si je dois mourir je vais mourir" indique la jeune femme.

"C'est un endroit à risque de contamination, allez-y !"

Certains professionnels rencontrent quotidiennement des jeunes aux stratagèmes bien réfléchis.

"Certains s'échangent des adresses où il y a des risques de contamination" explique Alexandre, biologiste.

Grâce à "l'application tousanticovid, ils se disent 'à tel endroit ça a sonné, donc c'est un endroit à risque de contamination, allez-y!'. (...) On les revoit au laboratoire cinq ou six jours après en disant 'j'ai été dans un endroit à risque d'exposition, est ce que je suis positif ? Comme ça je serais tranquille pendant six mois sans me faire vacciner, j'aurais eu le virus, et j'aurais mon pass sanitaire'" relate le biologiste.

Les convictions de ces jeunes prêts à être contaminés pour échapper à la vaccination sont inébranlables malgré les chiffres de la quatrième vague. Pourtant, 87% des personnes admises en soins critiques à l'hôpital en France entre le 19 et le 25 juillet n'étaient pas vaccinées, selon une étude de la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees).

Emilie Roussey