BFMTV

Ces feuilles d'épinard pourraient soigner les cœurs abîmés

Des chercheurs du Worcester Polytechnic Institute, aux Etats-Unis, ont fabriqué un tissu cardiaque fonctionnel dans une feuille d’épinard. Une découverte qui pourrait servir de pansement pour les cœurs malades et ouvrir la voie à une nouvelle façon de soigner d'autres pathologies.

Voici comment des épinards pourraient passer de votre assiette à votre cœur. Au Worcester Polytechnic Institute, situé dans le Massachusetts aux Etats-Unis, des scientifiques élaborent un patch à base de feuille d'épinard pour soigner les problèmes cardiaques.

La structure veineuse du végétal permettrait de faire circuler le sang dans le cœur. Cette technique présente un intérêt pour les personnes qui ont été victimes d'un infarctus. Certaines parties de leur muscle cardiaque endommagé n'arrivent plus à se contracter. Elles ont alors besoin d'une greffe, mais il n'y a pas assez de donneurs.

Des feuilles d'épinard ordinaires pour faire avancer la science

L'invention des chercheurs pourrait pallier cette carence. Pour mener à bien ce projet, les scientifiques ont acheté des feuilles d'épinard ordinaires. Ils les ont trempées dans une solution afin d’éliminer les cellules végétales. Cette étape permet de préparer le tissu: on garde la membrane en retirant le matériel cellulaire. C'est ce qu'on appelle la "décellularisation".

Grâce à ce procédé, le tissu est débarrassé de ses propriétés cellulaires d'origine, limitant ainsi les risques d'incompatibilité et de rejet lors d'une greffe.

Les scientifiques recellularisent ensuite la membrane de la feuillle avec des cellules humaines. Celles-ci colonisent la surface interne des vaisseaux du légume et le transforment en une sorte de mini-cœur où les fluides sont aptes à circuler.

Prochaine étape: du bois pour remplacer un os?

Par la suite, plusieurs de ces feuilles pourraient être empilées les unes sur les autres afin d'être placées sur un cœur malade. Ainsi, les cellules du muscle cardiaque abîmé pourraient être revascularisées et le guérir peu à peu.

Pour l'instant, l'invention n'en est qu'à ses balbutiements. Mais selon l'équipe de chercheurs, la même méthode pourrait être utilisée avec différents types de plantes pour réparer d'autres tissus du corps. Comme par exemple la structure d'une branche d'arbre qui pourrait permettre de fabriquer un greffon pour remplacer un os manquant.

Marie-Caroline Meijer