BFMTV
Santé

Cancer du col de l'utérus: une plainte contre le vaccin Gardasil

Le vaccin Gardasil est remis en cause par certaines patientes (illustration)

Le vaccin Gardasil est remis en cause par certaines patientes (illustration) - -

Le vaccin Gardasil fait l'objet d'une première plainte en France depuis vendredi. La plaignante, âgée de 18 ans, impute sa sclérose en plaques au Gardasil, utilisé pour prévenir le cancer du col de l'utérus.

Un nouveau scandale dans l'industrie pharmaceutique est en passe d'éclater. Vendredi, une première plainte a été déposée contre le vaccin Gardasil par une jeune fille, atteinte d'une maladie du système nerveux central, révèle Le Journal du Dimanche.

Marie-Océane Bourguignon, 18 ans, accuse le vaccin, utilisé pour prévenir certaines lésions du col de l'utérus, de lui avoir provoqué une sclérose en plaques. Sa plainte, qui vise le laboratoire Sanofi Pasteur MSD mais aussi l'Agence nationale de sécurité du médicament, dénonce une "atteinte involontaire à l'intégrité de la personne humaine."

Après deux injections de vaccin Gardasil en octobre puis décembre 2010, la jeune fille landaise avait été hospitalisée à plusieurs reprises en 2011, à Dax, après des vertiges et vomissements, puis au CHU de Bordeaux, souffrant notamment d’une perte de la vue, de la marche et de paralysie faciale. Si son état est plus stable aujourd'hui, elle n'est toujours pas en mesure de suivre une scolarité normale, à cause d'une extrême fatigue.

Le laboratoire ne vacille pas

"Je me bats pour les plus jeunes", explique la jeune fille au JDD. Pour pouvoir déposer plainte, elle s'est fondée sur une décision rendue en septembre dernier par une commission régionale des accidents médicaux, qui a reconnu "un lien de causalité" entre les injections et la "survenue d'une réaction inflammatoire aiguë". L’expertise estime que les incidents inflammatoires de la jeune patiente présentent "tous les caractères objectifs d’imputabilité médico-légale".

Autorisé aux Etats-Unis et en Europe depuis 2006 pour les jeunes filles de 9 à 26 ans, le vaccin Gardasil a connu ses premières critiques dès l'année suivante dans le monde entier. Pourtant, différents ministères de la Santé, dont le ministère français en 2007, recommandent son utilisation pour lutter contre le cancer du col de l'utérus, 12e cancer le plus fréquent chez les femmes.

Mais depuis quelques années, plusieurs dizaines de jeunes filles atteintes de maladies du sytème nerveux s'indignent contre les "graves effets secondaires" que provoquerait le vaccin. Face à ces accusations et cette première plainte, le laboratoire ne vacille pas: Sanofi Pasteur MSD se dit "surpris" auprès du JDD, et et réitère "toute confiance" en son produit.

Alexandra Gonzalez