BFMTV

Bras de fer entre un député LaREM et Martin Hirsch, le directeur de l'AP-HP attaqué pour ses critiques du gouvernement

Martin Hirsch.

Martin Hirsch. - AFP

Le directeur général de l'AP-HP est accusé par certains élus de se montrer trop critique sur l'action d'Emmanuel Macron face au Covid-19.

Les relations entre Martin Hirsch et certains députés de la majorité se sont fortement dégradées ces derniers jours. Ce jeudi 1er avril, la "crise" a atteint son paroxysme lorsque l'actuel directeur général de l'AP-HP a envoyé un mail incendiaire à l'élu d'Ille-et-Vilaine Florian Bachelier, auquel il reproche une attaque mensongère sur fond de crise sanitaire.

Afin de comprendre les origines de cette situation à couteaux tirés, il convient de remonter à dimanche dernier, date à laquelle une quarantaine de directeurs de crise de l'AP-HP ont publié une tribune critique contre l'action du gouvernement dans le Journal du Dimanche. Ils y expliquaient s'être préparés à devoir "faire un tri des patients" pour faire face à la troisième vague de Covid-19 qui submerge actuellement la région parisienne.

"Nous ne pouvons rester silencieux sans trahir le serment d'Hippocrate que nous avons fait un jour", écrivaient avec gravité ces médecins. "Dans les quinze prochains jours", estimaient-ils, "nous avons une quasi-certitude sur le nombre de lits de soins critiques qui seront nécessaires, et nous savons d'ores et déjà que nos capacités de prise en charge seront dépassées au terme de cette période."

Hirsch accusé de collusion avec Hidalgo

La critique n'a été que très peu appréciée par plusieurs élus. Dans un article du Parisien, le média local souligne que plusieurs sources du gouvernement jugent Martin Hirsch bien trop critique envers l'exécutif, certains n'hésitant pas à l'accuser de collusion.

"C’est un texte très orienté, pour faire du mal à Macron. Qui est derrière ce collectif de cadres de l’AP-HP? Martin Hirsch. C’est un proche d’Anne Hidalgo. Il se voit en futur ministre de la Santé de la socialiste", estime un conseiller gouvernemental, évoquant une possible candidature de l'actuelle maire de Paris à l'élection présidentielle de 2022.

Mardi, les critiques se sont intensifiées. En direct sur la chaîne CNews, le député Florian Bachelier a de nouveau accusé Martin Hirsch de faire le jeu de la socialiste.

"C’est le directeur de campagne de Madame Hidalgo, quasiment, si on l’écoute bien", a-t-il lancé, avant de l'accuser d'incompétence et de "ne rien prévoir."

Toujours auprès du Parisien, la mairie de Paris reconnaît les "très bons rapports" qu'entretiennent Anne Hidalgo et Martin Hirsch, mais réfute toute responsabilité ou influence politique sur ce dernier.

Échange de mails au vitriol

Attaqué personnellement, le haut-fonctionnaire a immédiatement réagi aux propos du député dans un message publié sur son compte Twitter. "La seule campagne que je mène n’est pas politique, elle est sur le front sanitaire, avec les soignants, pour les patients", assure-t-il.

"Ce mensonge ne serait qu'une fake news parmi d'autres, s'il n'était pas proféré par un député, premier questeur de l'Assemblée nationale, qui sait que ce qu'il prétend est faux, et si ces propos n'étaient pas prononcés au cœur d'une très grave crise sanitaire", ajoute-t-il.

En parallèle, Martin Hirsch a adressé un mail au député, que Le Parisien a pu se procurer.

"C’est une affabulation complète. Ni directeur, ni membre d’une campagne politique ou électorale, juste visiblement cible d’une campagne de calomnie que vous alimentez. [...] Pensez-vous que le gouvernement laisserait à la tête de l’AP-HP un type qui aurait la tête tournée ailleurs pendant une crise de cette nature", souligne-t-il, exigeant également des excuses.

Dernier épisode en date, la réponse du député à Martin Hirsch, qui lui rend coup pour coup.

"Quel est le nombre exact de lits en réanimation que vous avez créés depuis six mois? [...] Quel est le montant de la rémunération que consent à vous verser la République et donc les Français pour atteindre vos objectifs?", attaque-t-il de nouveau.

Selon les derniers chiffres du ministère de la Santé, 1862 lits de réanimation sont occupés par des patients Covid en Île-de-France, ce qui en fait la région la plus touchée de France. Une situation intenable pour les établissements hospitaliers, d'autant que le ministre de la Santé Olivier Véran avait annoncé le 25 mars dernier que pour la zone francilienne, "80% des activités devraient être déprogrammées."

Lors de son allocution de mercredi, le président de la République Emmanuel Macron a de son côté évoqué des "renforts supplémentaires" pour passer à plus de 10.000 lits sur l'ensemble du pays. Ils sont actuellement au nombre de 7906, dont 7088 occupés.

https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV