BFMTV

Aux urgences de Nice, une nonagénaire contrainte d'attendre trois jours pour se faire opérer

Huguette, 90 ans, a dû attendre trois jours dans les urgences de l'hôpital de Nice avant d'être opérée de sa fracture du col du fémur. L'hôpital dénonce un manque de moyens.

Dans les hôpitaux niçois, on n’opère plus faute de moyens. Hughette Brosset 90 ans, en a fait l’amère expérience. Après une fracture du col du Fémur elle s'est présentée aux urgences de l’hôpital Pasteur de Nice. Elle a alors attendu trois jours pour se faire opérer avant de renoncer et de se faire transférer dans un autre établissement.

"Il n'y a pas de volonté de ne pas la traiter dignement, mais c’est ce qu’il se passe puisqu’on ne s’en occupe pas. Elle a eu une fracture du col du fémur, il faut l’opérer, c’est tout", assure Muriel, la fille d’Huguette.

Plusieurs hôpitaux dénoncent le manque de moyen

Du côté du CHU, on explique que les conditions n’étaient pas réunies pour opérer la nonagénaire en toute sécurité: "Il y a une désorganisation chronique du bloc opératoire qu’on signale depuis deux ans à la direction. Il y a une pénurie d’anesthésistes et d’infirmières. Et il y aussi le problème des instruments chirurgicaux. Rendez-vous compte qu’on n’a pas les instruments adéquats pour opérer les patients", martèle le Professeur Christophe Trojani, médecin au CHU de Nice.

Cette situation délicate ne concerne pas le CHU de Nice. Dans une vidéo, les membres du personnel du CHU de Toulouse, pourtant en tête du classement des hôpitaux de l'hebdomadaire Le Point, avaient interpellé Emmanuel Macron sur leurs conditions de travail et le manque de moyens de leur hôpital.

Mise à jour: à la suite de la diffusion du reportage, le CHU de Nice a tenu à répondre dans une lettre dont voici le contenu: "Contrairement aux informations diffusées par BFM TV dans le reportage qui titre "Nice : l’hôpital n’opère plus", la Direction du CHU de Nice tient à rétablir la vérité et préciser que l’activité opératoire se poursuit dans l’ensemble des blocs opératoires de l’établissement. Le samedi 22 septembre, les interventions chirurgicales urgentes d’orthopédie et traumatologie et toutes les interventions des secteurs urologie, neurochirurgie, viscéral, vasculaire ont été réalisées. Les blocs opératoires sont ouverts ce dimanche 23 et les interventions se déroulent normalement. Si l’activité de chirurgie orthopédique et traumatologique est en effet affectée suite à un mouvement de certaines équipes médicales, la permanence des soins demeure assurée, conformément aux missions de service public du CHU. La Direction du CHU a par ailleurs invité les chefs de service de chirurgie de l’hôpital Pasteur 2 à une rencontre lundi matin, dans l’objectif de partager et de valider un plan d’actions immédiat".

Christophe Napoli, Charlotte Mesurolle, Guillaume Dussourt