Après trois mois de colère, le mouvement des personnels urgentistes se durcit

(photo d'illustration)
 

À Paris ce week-end, les soignants de l'hôpital Saint-Antoine se sont ajoutés à ceux, déjà en arrêt maladie, de l'hôpital Lariboisière. Depuis trois mois, les personnels hospitaliers multiplient les grèves, tandis que les négociations avec le ministère de la Santé semblent au point mort.

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire