BFM Pratique

Comment placer son épargne en 2021 ?

Comment fructifier cet argent qui dort ?

Comment fructifier cet argent qui dort ? - Shuttestock - sebra

Depuis un an, les Français épargnent massivement. Ils ont mis de côté des sommes importantes, qui restent dormir sur des comptes courants et des livrets. Or, ces derniers ne rapportent plus rien. Que faire de son épargne en 2021 ? Le point sur les placements à éviter et ceux à privilégier.

Traditionnellement, le début d’année est propice aux projets ; C’est le moment idéal pour faire le point sur son patrimoine et pour prendre les bonnes décisions en fonction de sa situation personnelle et du contexte macroéconomique. Pour 2021, voici les bons choix à faire.

Les placements à éviter

Certains produits ne sont pas adaptés au contexte économique et financier actuel. Méfiance aussi avec les produits à la mode…

  • Les livrets ne rapportent plus rien. Inutile de gonfler son livret A et son livret de développement durable jusqu’à leur maximum (22 950 euros pour le premier et 12 000 euros pour le second) car avec leur taux de rémunération à 0,50% ces derniers sont peu rentables. C’est encore pire avec les livrets bancaires fiscalisés, dont le taux avant impôt tourne autour de 0,10-0,30 % selon les établissements. Ceux-ci supportent en outre l’impôt sur le revenu et les prélèvements sociaux, laissant de très maigres intérêts à leurs détenteurs. Garder quelques milliers d’euros en épargne de précaution est généralement bien suffisant.
  • Le fonds en euros perd de son attrait. Son rendement est en chute libre et en plus, la plupart des contrats imposent désormais de placer une partie de son versement en assurance-vie sur des supports risqués. Le fonds en euros n’est donc plus la panacée même s’il conserve certains attraits dont la garantie en capital. Sa place doit en revanche être reconsidérée pour la limiter à la partie sécuritaire de son épargne.
  • Le bitcoin est trop spéculatif. De nombreux épargnants lorgnent sur le bitcoin et autres crypto-monnaies avec l’espoir de toucher le jackpot. C’est particulièrement le cas actuellement après la formidable hausse du cours observée ces derniers mois. Mais attention, cet actif est hautement imprévisible et spéculatif : son cours peut varier à la hausse comme à la baisse. Il n’est donc pas à privilégier dans une optique patrimoniale mais plutôt en tant que produit de diversification, dans des proportions modestes de ses investissements.

Les placements à privilégier

Certains placements sont des valeurs sûres et résistent bien à la situation actuelle. Quelques exemples.

  • Le LMNP en résidence gérée reste une excellente opportunité. Dans un contexte où l’immobilier se porte bien et où la demande de logement reste importante, investir dans une résidence gérée sous statut de loueur en meublé non professionnel (LMNP) conserve intact ses nombreux atouts. Vous investissez dans des biens abordables, dont la gestion locative est assurée par une équipe de professionnels. En outre, vous générez des revenus non ou peu imposables et ce pendant de nombreuses années en optant pour la déduction au réel des charges et l’amortissement de votre bien. En particulier, les résidences pour les séniors et les étudiants bénéficient d’un soutien démographique non négligeable, alors que l’offre reste limitée.
  • La Bourse profite de la reprise. Les amateurs de sensations fortes se tourneront vers la Bourse pour profiter du redémarrage de l’économie. Que ce soit en direct ou par l’intermédiaire de fonds, il est possible d’investir sur les grandes tendances de demain (les énergies renouvelables, la technologie…) pour tenter de dégager les meilleures performances.
  • Les SCPI conservent de bons rendements. A condition d’opter pour des produits diversifiés et bien gérés, les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) devraient continuer à distribuer des rendements intéressants. De plus, ces produits peuvent être des bonnes alternatives au fonds en euros dans un contrat d’assurance-vie.
  • Le private equity offre un potentiel intéressant. Placer son argent dans des entreprises non cotées permet potentiellement de réaliser des plus-values conséquentes à un horizon de 8 à 10 ans. Mais cette classe d'actifs n'est pas facile d’accès et nécessite de recourir à des professionnels expérimentés qui réalisent une sélection stricte. Les fonds fiscaux (FIP/FCPI), grevés de frais, ne sont pas les mieux-disants.
Réside Études
Immobilier : investir en résidences gérées avec le statut LMNP
Immobilier : investir en résidences gérées avec le statut LMNP

Découvrez les avantages du statut LMNP (Loueur Meublé Non Professionnel)

>> Recevez par téléphone un conseil personnalisé d'un expert Réside Études

Face à la situation économique exceptionnelle provoquée par la crise sanitaire, Réside Études reste à l’écoute de ses propriétaires investisseurs. Vous pouvez adresser toutes vos demandes à : relations.proprietaires@reside-etudes.fr

Ce contenu a été réalisé en partenariat avec Réside Études. La rédaction de BFMTV n'a pas participé à la réalisation de ce contenu.

En partenariat avec Réside Études