BFMTV

Comment bien préparer sa retraite ?

-

- - -

Avec des retraites régulièrement revues à la baisse et un système par répartition remis en question, il est indispensable de bien anticiper sa retraite. Il faut bien comprendre le système de cotisations pour estimer au plus juste le montant de sa retraite et investir le plus tôt possible pour s’assurer des revenus complémentaires.

Cet article n'a pas été rédigé par les journalistes de BFMTV.com

Après une vie de labeur, nombreux sont ceux qui espèrent profiter d'un nouvel âge d'or une fois arrivé à la retraite. Malheureusement, pour ceux et celles qui ne se sont pas bien préparés, c’est souvent le grand désenchantement avec une réelle frustration financière. Sans surprises, plus de la moitié des actifs ont choisi d'épargner pour leur retraite car bien qu'il existe des régimes de cotisation obligatoires ouvrant des droits aux intéressés, la perte de revenus et la diminution du train de vie est une réalité pour la grande majorité des retraités. Comment, dans cette perspective, bien préparer sa retraite ?

Il existe deux régimes principaux de cotisation pour la retraite : le système par répartition et le système par capitalisation. En France, le choix de la méthode de cotisation est l'affaire des politiques publiques. Celles-ci ont fait prévaloir le régime par répartition pour la quasi-majorité des pensions de retraite. Dans ce système, les cotisations prélevées sur les salaires et revenus des actifs sont directement affectées au paiement des pensions des retraités. En échange de ces cotisations, les cotisants se voient attribués des droits sous forme de trimestres et de points, qu'ils pourront faire valoir lorsqu’ils prendront leur retraite.

Le montant de la pension de retraite comprend deux éléments : un régime de base obligatoire géré par la Caisse nationale d'assurance vieillesse de la Sécurité Sociale (CPAM) et un régime complémentaire géré par différentes caisses en fonction de la catégorie socio-professionnelle.

- Régime de base obligatoire

Son montant est déterminé par la formule suivante :

Revenu annuel moyen x taux de liquidation x (nombre de trimestres cotisés/durée d'assurance maximum retenue).

Le calcul du revenu moyen est constitué par la moyenne des 25 meilleurs revenus annuels. Le taux de liquidation, compris entre 37,5 % et 50 %, varie selon l'âge et la durée de cotisation.

Illustration : Camille est née en janvier 1957. Elle dispose d'un salaire annuel moyen de 16 000 euros et va prendre sa retraite en 2019 à l'âge de 69 ans. Elle a cotisé 165 trimestres, ce qui lui donne droit aux taux de liquidation le plus élevé. Sa retraite de base sera donc de : 16 000 € x 50 % x 165/166 = 7951 €/an, soit 662, 65 € brut/mois.

- Régime complémentaire obligatoire

Le montant de la retraite complémentaire se calcule en multipliant le nombre de points acquis durant la carrière par la valeur du point, cette dernière étant réévaluée chaque année.

Illustration : Camille a cumulé 5040 points à l'AGIRC durant sa carrière. La valeur d'un point est égale à 0,4352. Donc, 5000 x 0,4352 = 2193,40. Par conséquent, sa retraite complémentaire sera de 2193 € brut annuel.

La retraite globale de Camille est donc égale à la somme du montant du régime de base et du régime complémentaire, soit 7951 + 2193 = 10 144 euros bruts annuels, ce qui représente 845 euros par mois.

>> Retrouvez tous les codes promo Boursorama Banque sur BFMTV

Le montant d’une retraite constitue une perte inéluctable des revenus qui varie de 50% pour les salariés à 60% pour les commerçants, artisans et chefs d'entreprise. Aussi, afin de maintenir un bon niveau de vie, il est fortement recommandé d'anticiper cette période en souscrivant à un complément d'épargne. Il existe en effet différentes formules d'épargne destinée spécifiquement à la retraite. C'est, notamment, le cas du placement d'épargne retraite populaire (PERP) et du contrat de retraite Madelin. Il s'agit dans les deux cas de placer de l'argent jusqu'au terme de la période d'activité. L'épargne, immobilisée, ne pourra être récupérée qu'au moment de la mise en retraite sous forme de rentes. Par ailleurs, ces dispositifs ouvrent droit à des crédits d'impôt particulièrement attractifs pour certaines catégories de revenus. Il est possible aussi de se garantir des revenus complémentaires en optant pour un placement d'assurance-vie ou immobilier.

Produit d'épargne favori des Français, l'assurance-vie permet de bénéficier d'une fiscalité avantageuse. Plus souple que le PERP et que le contrat Madelin, l'épargne de l'assurance-vie peut être mobilisée à tout moment en cas de difficultés. Elle représente aussi un complément de revenus intéressant pour augmenter sa retraite, utilisée seule ou dans un portefeuille de produits diversifiés comme l'immobilier. L'investissement immobilier est en effet un autre moyen de garantir des revenus complémentaires. Investir dans l'achat d'un bien à une période où les taux d'emprunt sont relativement bas, c'est s'assurer un revenu locatif régulier, sinon un capital en cas de revente future.

BFM Pratique Finances Perso