BFM Pratique
Auto-moto-mobilité

Un challenge qui ne tient qu’à un fil

Un challenge qui ne tient qu’à un fil

Un challenge qui ne tient qu’à un fil - Laurent Cochet

7 jours passés à dos de moto électrique, non-stop, 24 heures sur 24 : pour quoi faire ? Avec 21,5% des immatriculations totales des véhicules neufs en 2020, l’intérêt pour les véhicules propres (hybrides et électriques) a plus que triplé par rapport à l’année précédente. Dès lors, il serait facile de se dire que l’électrique n’a plus rien à prouver ! Vraiment ?

Si c’est effectivement le cas en matière de courts déplacements, le doute pèse encore sur son efficacité et son autonomie sur de plus longs trajets. Sur les voyages et les fameux road trips qu’apprécient tant la communauté motarde. Alors pour accompagner les engagements que mène cette année La Banque Postale en matière de responsabilité sociétale et environnementale (lancement de son offre Prêt personnel Auto⁽¹⁾ à impact), nous avons décidé de monter ce challenge : un maximum de kilomètres en 7 jours, à moto, en autonomie totale, sur les petites routes de France et sans aide extérieure. Un maximum de kilomètres avec un minimum d'émission afin de montrer que l’électrique est réellement dans l’air du temps et que le plaisir n’est pas exclu.

Et pour ça, je me suis souvenu de l’une des motos que j’ai possédées voilà quelques années. Une Harley Davidson 48 qui ne comptait que 8 litres dans son réservoir, à peine 120 km d’autonomie. Soit nettement moins qu’une moto électrique aujourd’hui. A son guidon, j’avais parcouru, en une vingtaine d’heures, les 1.700 kilomètres qui me séparaient des îles Hébrides (Jura, Islay, Sky), ultime rempart dressé face à la puissance de l’océan Atlantique. Avais-je été plus contraint, plus en difficulté ? Avais-je moins apprécié le trajet ? Non. Car chacun le sait, ce n’est pas tant la destination mais le voyage qui compte. Et quoi de plus naturel, après une période si difficile, que de ralentir le rythme. De multiplier les arrêts pour mieux prendre le temps de voyager, favoriser les échanges et les rencontres.

L’électrique s’inscrit clairement dans une tendance de fond, réelle et durable, que j’observe en ce moment parmi le demi-million de followers qui composent mes réseaux sociaux gravitant autour de la passion de la moto. Voyager, simplement, bivouaquer, se montrer sans doute plus responsable, curieux et redevable de la nature qui nous entoure. Et moins pressé qu’auparavant. Mais attention, si ce challenge doit me permettre de démontrer que l’électrique n’est pas en reste, il n’était pas non plus question de s’élancer sans prendre de multiples précautions.

Ainsi, dans le cadre de la préparation de ce projet, je suis allé à la rencontre de la navigatrice Samantha Davies, concurrente sur le Vendée Globe Challenge. Une personnalité forte, authentique, engagée auprès de l’association Mécénat Chirurgie Cardiaque pour laquelle j’ai également récolté, l’an passé, des fonds pour sauver 16 enfants du monde souffrant de maladies cardiaques. Ensemble, nous avons échangé sur l’hygiène de vie à adopter à bord d’un bateau, lorsque dormir n’est possible que par tranches de 2 heures maxi. Lorsque manger en pleine tempête vous fait sans doute dépenser plus d’énergie que le fait de ne pas manger. Comment subir moralement 75 jours d’un tel traitement. Et je peux vous garantir que cette rencontre a été essentielle et fondatrice dans la gestation ce projet.

N’étant pas non plus, un spécialiste de l’électrique, j’ai souhaité m’entourer de véritables connaisseurs. J’ai ainsi contacté la plus grosse communauté en France qui roule sur les machines Zéro Motorcycles. Comme Pierre et ses 70.000 km déjà avalés à moto électrique. Ou encore Guillaume qui a tout récemment participé à la « Dutch 1000 », une balade de 1.000 km aux Pays-Bas à réaliser en 24 heures. Tous m’ont donné leurs petits trucs et astuces pour m’initier à l’éco responsable, également chère à La Banque Postale dans ses actions. Alors rendez-vous le lundi 6 septembre pour ce challenge que je vous ferai vivre en direct live sur mes réseaux sociaux mais aussi à travers des vidéos ultra immersives, fin septembre.

Laurent Cochet.

Youtubeur moto et aventurier

Ambassadeur de La Banque Postale

Vous aussi vous rêvez d’évasion ? Avec le Prêt personnel Auto⁽¹⁾ à impact de La Banque Postale, bénéficiez d’une tarification préférentielle pour le financement de votre véhicule électrique ou hybride et roulez tout en pensant à la planète ! Vous pouvez profiter d’une simulation en ligne afin d’estimer les mensualités de remboursement de votre prêt.

La Banque Postale
Pour toute souscription d’un Prêt personnel Auto⁽¹⁾ à impact.
Pour toute souscription d’un Prêt personnel Auto⁽¹⁾ à impact.

Donnez une nouvelle dimension au financement de votre véhicule

UN CRÉDIT VOUS ENGAGE ET DOIT ÊTRE REMBOURSÉ. VÉRIFIEZ VOS CAPACITÉS DE REMBOURSEMENT AVANT DE VOUS ENGAGER.

*Pour tout savoir sur nos actions et nos engagements citoyens, rendez-vous sur notre site.

(1) Offre réservée aux particuliers pour la souscription d’un Prêt personnel Auto ou d’un Prêt personnel Véhicule Vert uniquement, sous réserve d’étude et d’acceptation définitive de votre dossier par le prêteur. Vous disposez d’un délai légal de rétractation de 14 jours calendaires révolus.

Prêteur : La Banque Postale Consumer Finance – S.A. à Directoire et Conseil de Surveillance. Capital social 2 200 000 €. 1 avenue François Mitterrand 93212 La Plaine Saint-Denis CEDEX. RCS Bobigny n°487 779 035.

Distributeur/Intermédiaire de crédit : La Banque Postale – S.A. à Directoire et Conseil de Surveillance. Capital social 6 585 350 218 €. 115 rue de Sèvres 75275 Paris CEDEX 06.RCS Paris n°421 100 645.

Ce contenu a été réalisé en partenariat avec La Banque Postale. La rédaction de BFM n’a pas participé à la réalisation de ce contenu.

Laurent Cochet, en partenariat avec La Banque Postale