BFM Pratique

Les mesures mises en place pour favoriser l’achat de voitures électriques sont-elles efficaces ?

Décryptage : les mesures mises en place pour favoriser l’achat de voitures électriques

Décryptage : les mesures mises en place pour favoriser l’achat de voitures électriques - guteksk7 - Shutterstock

Les voitures électriques ne représentent encore qu’une modeste part du parc automobile hexagonal. Leur prix reste l’un des principaux obstacles à leur adoption. Pour inciter les consommateurs à s’en procurer, le gouvernement a annoncé une série de mesures en avril 2020. En octobre dernier, il en a présenté d'autres. Les effets de sa politique sont-ils perceptibles ?

De janvier à septembre 2020, les demandes d’assurance auto pour les véhicules électriques et hybrides ont fortement progressé en France. Cette situation serait-elle liée aux aides que le gouvernement accorde aux acheteurs de modèles plus respectueux de l’environnement ?

En tout cas, l’exécutif souhaite faire évoluer les habitudes de la population en matière de mobilité. Il faut dire que le développement des automobiles propres représente un enjeu majeur pour la France. En effet, il lui permettra de diminuer ses rejets de gaz à effet de serre, en plus de réduire sa dépendance énergétique. Il s’agit aussi d’améliorer la qualité de l’air dans les zones urbaines.

Pour quelles raisons les consommateurs adoptent-ils une voiture plus respectueuse de l’environnement ?

La hausse du nombre de demandes de couverture pour les voitures dotées d’une batterie réjouit certainement le gouvernement. Cela dit, il est loin d’être le seul à l’origine de la croissance des véhicules propres. C’est ce que souligne le porte-parole d’un comparateur d’assurances. Lecomparateurassurance.com a mené une enquête auprès de ses usagers. Son représentant commente :

« De notre analyse, cette progression est liée à la conjonction de trois facteurs concomitants qui offre aux véhicules électriques et hybrides un engouement nouveau. […] »

Il détaille en indiquant que le premier facteur est l’intérêt grandissant de la population pour les questions d’ordre écologique et les solutions qui permettent de résoudre ces problématiques. Le même interlocuteur précise qu’outre l’automobile, d’autres secteurs font l’objet d’une prise de conscience environnementale du grand public. Il en résulte une multiplication des initiatives écologiques un peu partout.

En second lieu, les constructeurs ont étoffé leur offre et l’ont rendue plus accessible. Concrètement, les voitures électriques ne sont désormais plus la prérogative des conducteurs qui se préoccupent de l’environnement. Aussi bien les célibataires que les familles nombreuses peuvent à présent se procurer un modèle propre qui correspond à leurs besoins.

Enfin, les mesures incitatives de l’État contribuent évidemment à l’amélioration des ventes de voitures vertes. En fait notamment partie la mise en place de conditions avantageuses et d’aides financières pour certains profils. Les divers dispositifs déployés augmentent considérablement l’accessibilité des modèles électriques, selon le porte-parole de Lecomparateurassurance.com. L’ensemble de l’étude réalisée est disponible ici.

Quels sont les principaux obstacles à la généralisation des voitures électrifiées ?

En octobre 2020, la part de marché des voitures électrifiées s’est établie à 11,8 %. Il s’agit d’une hausse de 198 % en un an. Toujours est-il que ce type de véhicule continue d’être boudé par les acheteurs. En cause, le prix des modèles propres jugé encore trop élevé. En effet, il tourne en moyenne autour de 30 000 euros. Pour justifier les tarifs qu’ils pratiquent, nombre de constructeurs évoquent le coût extrêmement élevé de la batterie. En raison de sa rareté, le métal utilisé pour sa fabrication (le lithium) est très onéreux.

Si les consommateurs hésitent aussi à se procurer une voiture électrique, c’est parce qu’ils veulent éviter les contraintes liées à leur faible autonomie. En cycle WLTP, les électriques actuellement disponibles sur le marché peuvent parcourir en moyenne 150 à 600 km (100 à 500 km en conditions réelles). C’est suffisant pour les petits trajets. En revanche, les gros rouleurs devront recharger plusieurs fois leur véhicule sur la route.

La recharge constitue justement un autre défi de taille au déploiement des voitures électriques. En effet, il ne sera possible de développer la mobilité propre que si un réseau de bornes de recharge solide est mis en place. Par ailleurs, les infrastructures devront être réparties de manière équitable sur l’ensemble du territoire.

Le gouvernement entend relever ce challenge. En juin dernier, alors qu’il a commencé à mettre en œuvre son plan de relance de la filière automobile, il a annoncé la mise en service de 100 000 bornes publiques d’ici la fin 2021. Actuellement, la France compte 1 point de recharge ouvert à tous pour 11 voitures électriques circulant sur ses routes.

Comment les voitures électriques ont-elles progressé depuis l’année dernière ?

Les aides octroyées par le gouvernement aux acheteurs de voitures propres semblent avoir eu des résultats positifs. En effet, du premier au troisième trimestre 2020, une hausse de plus de 46 % a été constatée au niveau des demandes de couverture pour les véhicules électrifiés.

Dans le détail, les requêtes portant sur les modèles 100 % électriques ont augmenté de 38 % sur cette période. Une progression notable a déjà été constatée en juin dernier, à la suite de la levée du confinement. La tendance s’est donc poursuivie les mois suivants. La comparaison avec le troisième trimestre 2019 est encore plus parlante. En un an, la demande en matière de voitures électriques a progressé de plus de 117 %, soit a été multipliée par 2.

Les hybrides ont également connu une importante croissance ces derniers mois. Comparativement au premier trimestre, une recrudescence de plus de 52 % a été observée pour ces véhicules de juillet à septembre 2020. Sur les 12 derniers mois, l’embellie est encore plus conséquente. Par rapport au troisième trimestre 2019, la demande de couverture a bondi de 154 % pour les voitures dotées d’une double motorisation.

La dynamique tend à se pérenniser chez les consommateurs tandis que les constructeurs diversifient leur catalogue. Par exemple, Renault, Toyota, Volkswagen et Hyundai ont désormais décliné nombre de leurs voitures thermiques dans une version hybride.

Le gouvernement a annoncé de nouvelles mesures pour encourager l’achat de voitures propres

Le 12 octobre dernier, le ministre des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a annoncé dans Le Parisien l’octroi d’un bonus pour l’achat d’une électrique d’occasion. La date de lancement de l’aide, dont le montant s’élèvera à 1 000 euros, n’a pas encore été précisée. Il s’agit d’un moyen supplémentaire de soutenir le secteur automobile, mais également d’opérer plus rapidement la transition écologique.

Actuellement, tous les véhicules électriques de seconde main permettent de prétendre à la prime à la conversion. En revanche, ils n’étaient jusqu’alors pas éligibles au bonus écologique. Attribué exclusivement aux acquéreurs de modèles électriques neufs, ce dernier s’établit à 7 000 euros. L’aide doit passer à 6 000 euros à partir du 1er juillet 2021.

Concernant le bonus accordé pour l’achat d’une électrique d’occasion, il n’existe aucune condition de revenus pour y accéder. Ainsi, tous les ménages français ont la possibilité d’en profiter. De plus, le dispositif peut être cumulé avec la prime à la casse. Pour y prétendre, il faut néanmoins que le véhicule acquis soit doté d’une motorisation 100 % électrique.

Le gouvernement a également fait part de l’instauration d’une surprime de 1 000 euros pour ceux qui se procurent un véhicule électrique neuf dans les départements d’outre-mer. S’ajoutant au bonus écologique, ce dispositif vise à compenser le coût plus important impliqué par l’achat de ce type de voiture dans ces territoires. Il reste à savoir si les électriques d’occasion et les hybrides rechargeables sont également concernées par ce surbonus.

Ce contenu a été réalisé en partenariat avec LeComparateurAssurance.com. La rédaction de BFMTV n'a pas participé à la réalisation de ce contenu.

En partenariat avec LeComparateurAssurance.com