BFMTV

Tout savoir sur la réforme du permis moto 2020

-

- - -

Depuis le 1 er mars 2020, la réforme du permis moto est entrée en vigueur. Elle instaure notamment un nouveau Code de la route spécial moto, dénommé ETM (Épreuve Théorique Moto).

Depuis le 1er mars, les élèves inscrits en catégorie A1 (permis moto légère) et A2 (permis moto de puissance intermédiaire) passent une épreuve théorique particulière du Code de la route dédiée à la moto. À noter que cette réforme ne concerne pas le permis AM (permis cyclomoteur) ni la formation complémentaire pour valider la catégorie A.

Cette évolution a pour objectif de créer un permis moto autonome car les élèves concernés ne passeront plus l’examen classique dénommé ETG (Épreuve Théorique Générale). Ainsi, à chaque catégorie correspond une évaluation de Code spécifique : l’ETG pour le permis B et l’ETM pour les permis A1 et A2.

La réforme concerne également les examens pratiques de la moto sur plateau et en circulation.

Enfin, une période transition du 1 er Mars 2020 jusqu’au 31 août 2020 est mise en place pour permettre à ceux qui ont déjà réussi un ou deux examens de terminer leur formation sans devoir recommencer depuis le début.

Voici tout ce qu’il faut savoir sur cette réforme du permis moto.

Ce nouvel examen de Code dédié à la moto a le même fonctionnement que le Code de la route actuel : 40 questions portant sur 9 thématiques. Les conditions d’obtention restent identiques : il faut avoir au moins 35 points sur 40 pour réussir l’épreuve soit 5 fautes maximum.

Les candidats seront interrogés sur une base d’environ 500 questions dont près de 250 vidéos. Les questions porteront sur le Code de la route général, sur des points spécifiques à la conduite de la moto et enfin sur les vérifications mécaniques. Il n’y aura donc plus de questions et de vérifications mécaniques lors de l’épreuve plateau.

Les élèves devront ainsi réviser sur des supports spécifiques en lien avec le nouveau Code ETM.

Le mode d’inscription et les tarifs restent inchangés : 30 € le passage. Les centres privés agréés proposeront ce Code en parallèle du Code classique. L’élève choisira directement sur la tablette le type d’examen à passer : soit ETG soit ETM.

Tout comme l’ETG, l’ETM est valable cinq ans, dans la limite de cinq passages à l’examen pratique.

Si cette réforme instaure une obligation d’obtenir l’ETM pour conduire une moto de 125 cm3 et plus, certains élèves ne passeront pas cette épreuve dans un premier temps. En effet, du 1er mars 2020 au 31 août 2020, soit une période de transition de 6 mois, il est possible d’être dispensé de l’ETM pour les candidats aux permis A1 et A2 qui remplissent obligatoirement les 2 conditions suivantes :

  1. Être inscrit en préfecture avant le 1er mars 2020. Attention c’est la date mentionnée sur l’attestation d’inscription au permis de conduire reçue de l’ANTS qui fait foi et non la date de dépôt de dossier.
  2. Avoir l’attestation de réussite de l’ETG obtenue avant le 1er mars 2020 et valide le jour de l’examen pratique ou être titulaire d’une catégorie de permis obtenue avant le 1er mars 2020 et valide le jour de l’examen pratique.

Pour rappel, l’ETG étant valable 5 ans, seuls les titulaires de l’ETG de moins de 5 ans pourront être dispensés de l’ETM.

Il faut ajouter qu’ils en seront dispensés à condition d’obtenir leur examen pratique hors circulation (plateau) avant le 1er septembre 2020. Une fois le plateau obtenu, ils auront alors 3 ans pour passer l’épreuve en circulation. Dans le cas contraire, à partir du 1 er Septembre 2020, ils devront passer l’ETM avant de passer les deux épreuves pratiques du permis moto.

Précisons aussi que l’ETG obtenu il y a moins de 5 ans doit rester valide durant la période de dispense. Prenons un exemple pour mieux comprendre : j’ai obtenu le permis B le 10 juin 2015, je suis donc dispensé d’ETM jusqu’au 10 juin 2020 (ETG valable 5 ans). Si je n'ai pas obtenu l'examen plateau avant le 10 juin, je devrai passer l’ETM même si je suis encore dans la période des 6 mois de dispense.

De plus, la réforme ajoute que les examens sur plateau obtenus avant le 18 mars 2020 resteront valables. Ainsi, ceux qui ont obtenu cet examen avant cette date seront dispensés d’ETM et auront trois ans pour passer l'épreuve en circulation sous réserve que leur ETG reste valide.

Si l’instauration d’un Code spécifique à la moto est la mesure phare de cette réforme, les épreuves pratiques sont également modifiées à commencer par celle sur plateau qui se déroule hors de la circulation.

Voici les principaux changements apportés à cette épreuve :

Elle devient entièrement pratique car il n’y aura plus de questions ni de vérifications mécaniques. Le maniement sans moteur est simplifié avec une simple ligne droite en marche avant et arrière. Les parcours à allure réduite et à allure élevée sont regroupés en un seul parcours. Le candidat devra donc enchaîner ce qui constitue trois parcours actuellement (un parcours à allure réduite, deux à allure élevée). L’évaluation est raccourcie et plus intense (10 minutes au lieu de 15) d’autant que le parcours lent sera plus court :pour décrocher la note A, le candidat aura 16 secondes minimum pour l’accomplir. Les deux parcours à allure élevée seront donc regroupés, ce qui a pour conséquence d’ajouter un demi-tour à exécuter sur la largeur de la piste. Une nouvelle notation accompagne ce changement. Les erreurs non-éliminatoires seront réparties sur l’ensemble du parcours. Actuellement, le candidat a droit à un pied à terre par parcours (un sur le parcours à allure réduite, un sur chaque parcours à allure modérée). La nouvelle notation lui en autorisera trois sur l’ensemble du parcours unique.

L’épreuve plateau demeure valide pendant 3 ans et/ou pour 5 présentations à l’examen en circulation.

Des changements sont également à prévoir pour l’épreuve en circulation à savoir :

L’allongement de la durée de l’évaluation car elle passera de 30 à 45 minutes. Il faudra obtenir une note minimum de 21 sur 27 contre 17 actuellement pour réussir l’examen.

L’évaluation en circulation sera donc plus longue et plus exigeante au contraire de celle sur plateau qui sera simplifiée.

Pour conclure, cette réforme tend à vouloir rendre autonome les permis moto par rapport aux autres catégories et notamment au permis B. Pour conduire un engin de 125 cm3 et plus, il faudra désormais suivre un parcours d’apprentissage spécifiquement lié à la conduite de cet engin. Le gouvernement entend ainsi mieux former les motards et réduire les accidents pour une catégorie d’usagers particulièrement vulnérable : 21 % des tués sur la route alors qu’elle représente à peine 2 % du trafic motorisé.

Ce contenu a été réalisé en partenariat avec Auto-école.net La rédaction de BFMTV n'a pas participé à la réalisation de ce contenu.

Auto-école.net