BFM Pratique

La conduite supervisée : un accès facilité pour réussir le permis de conduire

-

- - -

La mesure n°4 du projet du gouvernement « Le permis pour tous » rend plus facile l’accès à la conduite supervisée afin de réduire le coût du permis de conduire. Voici un descriptif de ce type de formation aux nombreux avantages.

La conduite supervisée permet à une personne âgée de plus de 18 ans de conduire avec un accompagnateur de son choix après avoir réalisé au minimum 20 heures de conduite en auto-école.

Cette formation peut être choisie actuellement de deux façons. Soit les candidats optent pour celle-ci dès le départ. Soit ils la choisissent à la suite d’un échec à l’épreuve pratique du permis de conduire.
Dans les deux cas, ils cherchent à perfectionner leur apprentissage avec l’aide d’un accompagnateur. Ce dernier doit être titulaire du permis B depuis au moins 5 ans sans interruption. Cela permet aux élèves de conduire davantage, d’accumuler de l’expérience et de potentialiser leurs chances d’obtenir leur permis de conduire. D’autant plus qu’il n’y a pas de limite de temps ni de distance minimum à parcourir.
Actuellement, un rendez-vous préalable qui réunit un moniteur, l’élève et le futur accompagnateur est obligatoire et lance le début de la conduite supervisée. Ce rendez-vous dure deux heures dont une heure au moins en circulation.
Lorsque le choix n’est pas effectué dès le début de la formation, les candidats doivent souvent attendre un délai minimum, le temps que les auto-écoles leur proposent cette solution et que les démarches administratives se mettent en place. De plus, nombre de candidats en échec à l’épreuve pratique ne connaissent pas cette formule qui est pourtant très efficace.

C’est pourquoi les auto-écoles en ligne proposent désormais des packs « conduite supervisée » dès le début de la formation. Ceci a pour avantage de ne pas attendre l’échec au permis pour commencer à conduire avec un accompagnateur et d’avoir plus de chances d’obtenir son permis de conduire du premier coup.

La conduite supervisée fait partie des formations de type conduite accompagnée qui sont très efficaces. Les taux de réussite sont très bons : 83 % de réussite au premier passage de l’épreuve pratique du permis de conduire contre 59 % pour la filière traditionnelle. Toute l’expérience accumulée durant ces heures en circulation permet de mieux appréhender l’examen et de montrer l’acquisition de toutes les compétences à valider devant l’inspecteur.

L’élève a le temps d’apprendre à conduire après ses 20 heures d’apprentissage obligatoires et ce, sans avoir à dépenser plus d’argent. Là est le deuxième plus grand avantage de cet apprentissage : la gratuité de toutes ces séances de conduite réalisées avec l’accompagnateur.

La quatrième mesure du gouvernement prévoit de donner le droit d’accès à la conduite supervisée sans délai ni formalité à tous les candidats qui viennent d’échouer à l’examen pratique du permis de conduire. Il n’y aura donc plus besoin d’effectuer un rendez-vous préalable avec moniteur. Seul l’accord d’un assureur demeure obligatoire pour que l’élève puisse conduire le véhicule de l’accompagnateur.
Cette proposition prévoit tout de même un droit d’interdiction à cet accès par l’inspecteur le jour de l’examen, s’il estime que le niveau du candidat est insuffisant.

L’objectif est ainsi de réduire les délais d’accès à cette formation qui sera ainsi proposée automatiquement en cas d’échec. En revanche, la mesure ne détaille pas si le rendez-vous préalable continuera d’être obligatoire quand le choix de ce type d’apprentissage est effectué dès le départ de la formation, avant le premier passage à l’examen pratique.
La conduite supervisée, comme il est apparu, a deux principaux avantages. Elle permet d’avoir un meilleur taux de réussite au deuxième passage et un moindre coût.

En effet, un candidat qui repasse le permis achète en moyenne 8 heures de conduite pour un coût moyen de 360 euros en auto-école traditionnelle. Le candidat qui aura effectué la conduite supervisée réalisera seulement une seule séance de conduite avant de repasser l’examen pratique, soit un coût de 45 euros. L’élève peut ainsi économiser jusqu’à 315 €.
Selon les chiffres annoncés par le gouvernement, cette mesure pourrait concerner tout de même, 300 000 des 580 000 candidats ajournés chaque année.

Cette mesure est finalement une des meilleures de ce projet « Le permis pour tous » car elle permet à la fois à l’élève de progresser au niveau pédagogique et de réaliser de réelles économies.

Contenu rédigé par notre partenaire Auto-école.net