BFM Pratique

Achat d’une voiture d’occasion : 5 questions à poser au vendeur

-

- - -

L’achat d’un véhicule d’occasion est une solution intéressante pour quiconque souhaiterait profiter d’une nouvelle automobile à prix avantageux. Le coût moyen d’un véhicule en occasion est en fait inférieur de près de 10 000 € à celui d’une voiture achetée neuve d’après les chiffres de l’Argus.

Cet article n'a pas été rédigé par les journalistes de BFMTV.com

Les petites annonces regorgent d’offres, mais il est parfois difficile de démêler le vrai du faux lorsqu’elles émanent de particuliers. Pour sécuriser votre investissement, mieux vaut donc rester sur ses gardes et ne pas oublier de poser les bonnes questions au vendeur. L’objectif est ici de se faire une idée plus précise sur le véhicule, mais également de déterminer le sérieux du vendeur.

Il est parfaitement inutile de vous déplacer sans avoir au préalable demandé au vendeur le nombre de kilomètres parcourus par l’automobile que vous convoitez. Le kilométrage est en effet l’un des critères principaux pris en compte lors de l’établissement du prix d’une voiture d’occasion. Le connaître vous permettra donc d’estimer plus finement le prix du véhicule et de mieux cerner l’usage qui en a été fait. Il déterminera également de façon directe le montant de la prime d’assurance annuelle dont vous devrez vous acquitter. Au moindre doute lors de la visite, n’hésitez pas à inspecter le tableau de bord, le trafic du kilométrage étant malheureusement une pratique très répandue.

Indépendamment du kilométrage, les conditions de circulation de la voiture vous donneront une idée précise sur son usure générale. Les courts trajets ne permettent pas à la mécanique de chauffer correctement, ils sont donc davantage néfastes pour l’automobile. C’est particulièrement vrai pour des pièces aussi importantes que l’embrayage, la boîte de vitesse et les freins. Mieux vaut donc acquérir une voiture plus « ancienne » abonnée aux trajets autoroutiers qu’une auto plus récente qui n’a exclusivement circulé qu’en ville.

Si la voiture est de première main, cela signifie qu’elle n’est passée sous les mains que d’un seul propriétaire. Son usage et son historique d’entretien sont alors beaucoup plus faciles à analyser. Plus le nombre de propriétaires successifs est important, plus les risques de détérioration sont élevés. Il y a également de fortes chances que les ventes successives relèvent d’un défaut mécanique majeur. Dans tous les cas, n’oubliez pas de demander au vendeur s’il est en possession du carnet d’entretien Il vous permettra de vérifier le respect des échéances de révision imposées par le constructeur.

Les photos mises en avant sur les sites de petites annonces sont nécessairement flatteuses. Elles ne coïncident pas toujours avec l’état général de la voiture. N’hésitez donc pas à demander à votre interlocuteur d’autres photos de la carrosserie, de l’intérieur du capot moteur ou de l’habitacle. Demandez-lui également de vous décrire précisément les petits problèmes du véhicule, comme une rayure sur une portière, le début d’une fissure de pare-brise ou encore une bosse sur la carrosserie. Tout véhicule d’occasion a nécessairement vécu. Un vendeur honnête n’hésitera pas à répondre honnêtement si les défauts sont minimes !

Lors de la vente d’un véhicule d’occasion mis en circulation il y a plus de quatre ans, il est essentiel de disposer de la preuve d’un contrôle technique datant de moins de six mois. Sans celui-ci, il sera tout simplement impossible de procéder à la vente et d’effectuer sa demande d’immatriculation. Si le véhicule doit passer une contre-visite, il ne pourra être vendu que dans un délai de deux mois après la visite initiale. Les véhicules sans permis, de collection et ceux vendus à un professionnel de l’automobile ne nécessitent pas de contrôle technique.

Contenu rédigé par Empruntis