BFMTV

ZAD de Kolbsheim: l'eurodéputée Karima Delli blessée par des gaz lacrymogènes

Karima Delli le 8 octobre 2016 à Notre-Dame-des-Landes.

Karima Delli le 8 octobre 2016 à Notre-Dame-des-Landes. - JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

L'ancienne candidate à la primaire écologiste manifestait aux côtés de José Bové près de Strasbourg contre un projet de rocade autoroutière. La ZAD de Kolbsheim avait été évacuée par 500 gendarmes quelques heures plus tôt.

Lundi, à l'aube, 500 gendarmes ont évacué près de 200 riverains et élus de la ZAD de Kolbsheim, en Alsace. Constituée depuis près d'un an, elle réunissait des opposants à un projet de rocade autoroutière qui doit empiéter sur la forêt, près de Strasbourg. Alors que le préfet Jean-Luc Marx s'est félicité devant la presse de l'absence de blessé, évoquant "un bilan très satisfaisant", au moins une personne a été touchée par des gaz lacrymogènes quelques heures plus tard. Comme le rapportaient dès lundi soir plusieurs médias locaux, dont les Dernières nouvelles d'Alsace et France Bleu Alsace, l'eurodéputée Karima Delli a été sévèrement incommodée.

De longues minutes à terre

Les faits ont eu lieu après 20 heures, alors que près de 300 personnes étaient rassemblées au château de Kolbsheim. Une vidéo et plusieurs photos montrent Karima Delli au sol, prise de difficultés respiratoires et en pleurs.

D'après les DNA, elle a été secourue par des manifestants, dont un médecin et José Bové, qui participait lui aussi à ce rassemblement tendu. C'est lui qui a alerté sur le sort de l'ancienne candidate à la primaire écologiste, en publiant une photo sur son compte Twitter.

"Karima Delli après une agression en plein visage par des gaz poivres. Cette violence est inacceptable", a-t-il dénoncé. 

"Elle va mieux mais reste très choquée"

Ce mardi, le cabinet de Karima Delli a livré sa version des faits dans un communiqué. 

"Karima Delli a été littéralement aspergée de gaz lacrymogène par les forces de l’ordre. Elle en a reçu a bout portant et en plein visage, y compris dans la bouche. Suite à ce gazage elle a perdu connaissance. À cette heure, Mme Delli va mieux, mais reste très choquée par la violence extrême de cette action délibérée", peut-on lire dans le document. 

Une vidéo tournée par un responsable de la CGT dans le Bas-Rhin a immortalisé la scène. On y voit l'élue à terre. Après la dispersion du groupe des manifestants, elle a été évacuée chez le maire de la commune, Dany Karcher.

En début de matinée, le préfet du Bas-Rhin a également publié un communiqué, expliquant que l'usage de la force s'était fait "de manière strictement proportionnée" lundi soir. Il n'est pas fait mention de l'eurodéputée. 

Soutien unanime des écologistes

Sur Twitter, de nombreux élus de gauche et écologistes ont apporté leur soutien à Karima Delli et dénoncé l'intervention des gendarmes: l'ancienne ministre Cécile Duflot, l'eurodéputé Yannick Jadot, qui a évoqué "une répression insupportable", sa collègue Michèle Rivasi, mais aussi le secrétaire national d'Europe Ecologie-Les Verts, David Cormand.

Plusieurs élus de la France insoumise se sont joints à eux, dont Eric Coquerel, Adrien Quatennens et Clémentine Autain. Parmi eux, beaucoup ont fait le parallèle avec la Marche pour le climat qui s'est tenue dimanche.

"Le samedi tu marches pour le climat et tout le monde te félicite. Le lundi tu te mobilises contre un projet autoroutier qui va détruire la forêt et tu te prends une giclée de gaz en pleine figure!", a ainsi regretté le député du Nord Adrien Quatennens. 

Capture d'écran Twitter
Capture d'écran Twitter © Capture d'écran Twitter
Capture d'écran Twitter
Capture d'écran Twitter © Capture d'écran Twitter
Capture d'écran Twitter
Capture d'écran Twitter © Capture d'écran Twitter
Charlie Vandekerkhove