BFMTV
Politique

YouTube: Jean-Luc Mélenchon franchit le cap des 150.000 abonnés

Jean-Luc Mélenchon rassemble désormais plus de 150.000 abonnés sur son compte YouTube. Cette audience, qui fait de lui le personnage politique le plus suivi sur la plateforme vidéo en France, signe le succès d'une stratégie pensée en amont.

150.000 abonnés, c’est le seuil que vient d’atteindre, et de dépasser, la chaîne YouTube officielle de Jean-Luc Mélenchon. En ouverture d’une vidéo postée il y a trois semaines, au moment où il se réjouissait de la fidélité de (seulement) 120.000 internautes, le candidat à la présidentielle designé par la "France insoumise" analysait son succès ainsi: "C’est un fait politique!" Il expliquait alors le phénomène par son "swagg" (sa "classe" en anglais familier) et, plus sérieusement, par la volonté politique des habitués de ses vidéos.

Dans "le top 50 mondial des chaînes politiques"

Sa réussite est en tout cas indéniable. Comme l'avait noté BFMTV, le compte YouTube de Jean-Luc Mélenchon ne fédérait que 30.000 abonnés en octobre. En franchissant le palier des 150.000 abonnés début janvier, l’ex-co-président du Parti de gauche a donc quintuplé son audience régulière en seulement trois mois.

L’ampleur de ce public informatique fait du député européen l’homme politique français le plus suivi sur la plateforme vidéo. Dans la même intervention publiée sur son compte, Jean-Luc Mélenchon affirmait même avoir intégré "le top 50 mondial"des chaînes politiques. Ce qui est sûr, c’est qu’il devance les pages officielles d’Hillary Clinton et de Donald Trump sur YouTube, qui totalisent respectivement 134.000 et 104.000 abonnés environ.

Des recettes bien éprouvées

Si le style de l’ex-ministre délégué à l’Enseignement professionnel et son goût pour l’oral participent à son succès, le "Youtubeur" Mr Jday a estimé, dans une vidéo récemment mise en ligne, que la bonne dynamique enclenchée par Jean-Luc Mélenchon sur YouTube obéissait à des recettes bien éprouvées:

"Il a bien compris les codes des Youtubeurs: les miniatures, remercier les internautes à chaque palier de 'likes', demander aux gens de s’abonner, et, je crois que c’est le seul à faire ça parmi les politiques, il prend en compte les avis dans les commentaires sous les vidéos."

Varier les plaisirs

Il ne s’agit donc pas d’une simple bonne pioche pour Jean-Luc Mélenchon mais bien d’une stratégie à part entière. Pour le site du Point, si le quatrième homme de la présidentielle de 2012 récolte aujourd’hui les fruits de cette nouvelle exposition, le projet a été pensé bien en amont. L’hebdomadaire évoque ainsi la figure de Sophia Chikirou, la directrice de la communication de la campagne de Jean-Luc Mélenchon. Celle-ci a ainsi été envoyée il y a quelques mois suivre la primaire américaine. Elle y a surtout étudié la forte présence de Bernie Sanders, candidat malheureux à l’investiture démocrate face à Hillary Clinton, sur les réseaux sociaux.

Mais là où le sénateur du Vermont ventilait essentiellement sur YouTube de courtes vidéos tirées de ses déplacements électoraux, Jean-Luc Mélenchon a choisi de varier les plaisirs et les formats. Il a d’abord lancé un programme baptisé "Pas vu à la télé", dans lequel on voit l’ancien sénateur de l’Essonne interviewer une personnalité porteuse d’un message dont le candidat juge qu’il n’est pas, ou insuffisamment, repris dans les médias traditionnels. Ses vidéos les plus populaires sont toutefois d’un autre type. Ainsi, ses "revues de la semaine", où, comme le titre l’indique, il donne son point de vue sur l’actualité, sont parfois consultées plus de 200.000 fois. En outre, Jean-Luc Mélenchon publie aussi ses interventions télévisées, radiophoniques et des séquences de ses meetings.

Une bataille culturelle et internet bien menée débouche-t-elle sur une victoire politique cependant? Réponse le 23 avril 2017, au soir du premier tour de la présidentielle.

Robin Verner