BFMTV

Vote de confiance: qui ne soutiendra pas Valls à l'Assemblée?

L'Assemblée nationale va se prononcer mardi sur la politique menée par le gouvernement.

L'Assemblée nationale va se prononcer mardi sur la politique menée par le gouvernement. - Patrick Kovarik - AFP

A gauche, nombreux sont les députés ayant d'ores et déjà annoncé qu'ils s'abstiendraient de voter la confiance au Premier ministre. A quelques heures d'un vote crucial pour le gouvernement, on fait les comptes.

Le challenge est grand: mardi, le Premier ministre, Manuel Valls, va demander l'approbation du Parlement sur la politique qu'il compte mener à la tête de son gouvernement remanié à la fin de l'été. La première fois, il avait suscité l'enthousiasme d'une majorité, soutenu par 306 voix contre 239. Mais cette fois-ci, l'échiquier politique a bougé, et le couple de l'exécutif est plus instable. Alors que plusieurs députés ont d'ores et déjà annoncé leur intention de vote, on fait le point sur ces voix que Valls n'aura pas.

> Ils s'abstiennent

Certains ont annoncé la couleur: Cécile Duflot par exemple, ancienne ministre du gouvernement Ayrault, n'accordera pas son vote. Abstention ou contre? La députée EELV reste floue, mais devrait s'abstenir, selon son entourage.

Autre perte pour Manuel Valls, celle des trois voix chevènementistes. Pourtant apparentés au groupe socialiste, les trois députés du Mouvement républicain et citoyen ont annoncé lundi soir qu'ils s'abstiendraient. "La politique économique sans chance menée avec constance depuis le début du quinquennat de François Hollande est clairement aujourd'hui une politique sans résultat", assènent les élus.

La berezina a même gagné le cœur du parti avec les frondeurs socialistes. Christian Paul, meneur de leur collectif Vive la gauche, a estimé que "plusieurs dizaines de députés s'abstiendront sûrement"...mais ne voteront pas contre. "Nous voulons une réorientation de la politique, nous ne voulons pas un retour de la droite", s'est justifié un autre leader des frondeurs, Jean-Marc Germain.

> Ils votent contre

A l'extrême gauche, en revanche, certains députés du Front de gauche comptent voter contre le gouvernement. Leur groupe représente au total 15 députés. Olivier Dartigolles, porte-parole du parti, avait ainsi appelé jeudi dernier les parlementaires à mettre Manuel Valls "hors d'état de nuire" en lui refusant la confiance, de manière à le remplacer par un "Premier ministre et un gouvernement de gauche".

Son de cloche étonnant, à droite, le député UMP Benoît Apparu, qui compte évidemment voter contre, espère cependant que la majorité sera en faveur du Premier ministre. "Pourquoi? Parce qu'on serait en risque institutionnel dramatique s'il n'y avait pas de confiance."

Le suspense reste donc grand. L'abstention ne compte pas, seuls les suffrages exprimés sont retenus. La majorité absolue est de 289 voix, et les socialistes possèdent 290 sièges, mais combien de frondeurs? Manuel Valls ne le sait que trop bien. Il le rappelait dimanche dans les colonnes du JDD: "Il peut toujours y avoir un accident. Il ne faut pas jouer avec ça."