BFMTV

Villepin : « Le décret du fichier Edvige est mal rédigé »

BFMTV
Dominique de Villepin estime que plusieurs questions se posent concernant le fichier Edvige, notamment sur les données personnelles.

L'ancien Premier Ministre Dominique de Villepin a fait part sur RMC de ses interrogations concernant le fichier policier Edvige, mis en place par le ministère de l'Intérieur : « D'abord, je ne fais aucun procès d'intention au ministère de l'Intérieur. Ce fichier reprend un certain nombre des données qui étaient déjà exploitées depuis 1991, mais c'est vrai qu'aujourd'hui l'attention peut se focaliser au moins sur trois points qui posent question ».

« Le premier c'est le domaine de compétences de ce fichier. C'est vrai qu'aujourd'hui cela touche des personnes à partir de 13 ans, donc le domaine même qui est concerné est beaucoup plus vaste que le précédent. Par ailleurs, cela touche ce qui est susceptible d'affecter l'ordre public, et précédemment le domaine concernait ce qui touche à la sécurité de l'Etat, donc nous sommes dans un domaine plus large. Puis, il y a un certain nombre de données personnelles qui peuvent être concernées ».

« A chaque fois, il y a des justifications techniques ou des données d'évolution de la société. Par exemple, en ce qui concerne les mineurs, il est vrai qu'une partie importante des violences proviennent aujourd'hui de mineurs, donc si on veut anticiper on est bien obligés de prendre en compte cette donne-là ».

« Ce que je pense, c'est que le décret est mal rédigé. En tout cas en ce qui concerne les données personnelles, c'est manifeste. Quand on évoque la nécessité, pour pouvoir retracer la biographie d'un représentant ou d'un élu, de prendre en compte des données touchant à la sexualité ou à la santé, on voit bien qu'on est obligé pour des raisons techniques de faire cette demande auprès de la CNIL. Je crois qu'il faudrait préciser les choses de façon à éviter que tout Français ait le sentiment qu'il peut être fiché dans des conditions qui ne sont pas acceptables. Il y a là un problème technique, il faut revoir le texte, mieux le rédiger, mieux le préciser et puis apporter toutes les garanties et toutes les exigences de contrôle qui sont nécessaires. L'informatisation permet de donner plus de garanties que ce qui n'est pas informatisé, pour une raison très simple, c'est qu'on pourra tracer l'ensemble des utilisateurs et en cas d'abus, sanctionner ».

La rédaction