BFMTV

Vers un gaz de schiste propre?

Arnaud Montebourg défend une nouvelle méthode d'extraction du gaz de schiste, selon le Canard Enchaîné. (photo d'illustration)

Arnaud Montebourg défend une nouvelle méthode d'extraction du gaz de schiste, selon le Canard Enchaîné. (photo d'illustration) - -

Selon le "Canard Enchaîné", Arnaud Montebourg veut publier un rapport défendant une nouvelle technique expérimentale "propre" d'exploitation des hydrocarbures de schiste, qui consisterait à utiliser du "fluoropropane" comme alternative à la fracturation hydraulique, interdite en France. Mais pour les opposants au gaz de schiste, comme en Seine-et-Marne, il n'en est pas question.

Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg défend une nouvelle méthode d'extraction du gaz de schiste. C'est ce qu'a annoncé le Canard Enchaîné. La technique, qui consiste à utiliser du "fluoropropane" comme alternative à la fracturation hydraulique, interdite en France, est encore expérimentale, mais jugée propre. Elle permettrait ainsi de contourner la loi.

En effet, depuis 2011, la technique de fracturation hydraulique qui consiste à injecter de l'eau et des détergents à haute pression dans la roche est interdite en France car jugée trop polluante. "C'est une technique qui permet d'éviter l'introduction d'eau avec des produits additifs qui a les mêmes propriétés que l'eau, c'est un fluide, mais son avantage est d'être réutilisable", fait valoir Christian Bataille, député PS du Nord.

Une méthode coûteuse

Mais cette nouvelle méthode du fluoropropane, dérivé non inflammable du propane, est dénoncée par bon nombre d'opposants. Tous pointent une technique encore expérimentale, et peu sûre à long terme pour l'environnement.

"Il faut tout de même rappeler que l'heptafluoropropane est un gaz à effet de serre dont la puissance est à peu près 3.200 fois celle du gaz carbonique. Et il y a bien entendu des fuites, environ 5%, donc un impact sur la couche d'ozone", explique Alain Ducroux, membre du Collectif du Pays Fertois.

Reste à connaître le cout d'une telle méthode. Le prix pourrait en dissuader beaucoup car l'extraction au fluoropropane serait bien plus onéreuse que la fracturation hydraulique, et trop peu rentable sur le plan industriel.

Marc Paupe et Anne-Sophie Warmont et Renaud Parquet