BFMTV

Valls, Duflot… et le remaniement

Les Coulisses de la Politique, c'est tous les matins à 7h25 avec Véronique Jacquier.

Les Coulisses de la Politique, c'est tous les matins à 7h25 avec Véronique Jacquier. - -

La séquence Valls-Duflot est lourde de conséquence. Il y aura un remaniement après les élections municipales et européennes

Oui, je tiens l'info de plusieurs députés socialistes. Un remaniement à l'été 2014. François Hollande y songe très sérieusement. Il tire les enseignements de cette désastreuse semaine. « Cécile Duflot, et Benoît Hamon ont tiré sur Manuel Valls » mais « c'est le ministre de l'Intérieur et lui seul qui a pris la lumière », m'a dit un parlementaire. De plus, François Hollande n'apprécie pas beaucoup les diners de la bande des quatre : Duflot, Hamon, Montebourg et Taubira. Un proche du président m'a dit : « Depuis cet été, ces dîners sont devenus une plateforme de contestation politique du gouvernement ». Et à l'Elysée, on n’a pas aimé les propos tenus par Benoît Hamon le week-end dernier lors de son université d'été dans les Landes. Le ministre a crié haro sur le budget, haro sur la réforme des retraites, haro sur le crédit impôt compétitivité. Ça fait beaucoup.

Et Jean-Marc Ayrault resterait en place ?

C'est vraisemblable car d'après les parlementaires socialistes, l'été prochain, c'est un mini-remaniement. Un autre plus important avec changement de Premier ministre pourrait intervenir en 2015, après les élections sénatoriales. François Hollande a son calendrier en tête. Pourquoi remanier à ce moment-là ? Pour préparer les élections présidentielles… François Hollande sait déjà qu'il va devoir trouver un Premier ministre pour le dernier tiers de son quinquennat. Evidemment une personnalité qui ne lui fasse pas d'ombre et qui gèrera les affaires courantes car elle ne pourra rien faire un an et demi avant l'échéance.

Ça pourrait être Manuel Valls ?

Non. Il risque d'être toujours plus populaire que le président. François Hollande n'a vraiment pas de casting arrêté. De toute façon, un député qui connait bien le chef de l'état m'a dit : « François Hollande ne croit pas aux hommes politiques. Il ne croit qu'en lui-même ». En attendant, le chef de l'Etat suit son chemin. Vous avez remarqué ? Deux déplacements auprès des Français cette semaine. Clermont-Ferrand mercredi, la Corse vendredi... il cultive son côté « président normal auprès des Français ». Il est persuadé qu'en 2017, il aura comme adversaire Nicolas Sarkozy. Donc il n'a pas varié. Il cultive toujours l'anti-sarkozysme. Il y a juste quelque chose de nouveau dans son allure. Vous savez, avant sa cravate partait toujours de travers. A l’Élysée, ils ont tout essayé pour remédier au problème. On a cousu un point pour attacher la cravate à la chemise mais l'effet n'était pas terrible. Finalement, la cravate ne bouge plus grâce à un morceau de scotch ! Il l'a surement trouvé dans sa boîte à outil...

Véronique Jacquier