BFMTV

Une policière grièvement blessée dans une fusillade

BFMTV

PARIS - Une policière municipale de Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne) a été grièvement blessée à la tête jeudi dans une fusillade à une sortie...

PARIS (Reuters) - Une policière municipale, grièvement blessée jeudi matin lors d'une course-poursuite sanglante dans le Val-de-Marne, est morte dans la soirée, apprend-on auprès du parquet de Paris.

La jeune policière avait été hospitalisée dans un état critique à Créteil. Sept autres personnes ont été plus légèrement blessées.

Cette fusillade a suscité de vives réactions des syndicats de police, qui ont souligné que les criminels, qui sont toujours en fuite, ont tiré avec des armes lourdes.

Une personne a été placée en garde à vue dans la soirée dans le cadre de l'enquête, a-t-on appris auprès du parquet de Paris.

Les auteurs des coups de feu sont probablement membres "d'un réseau du crime organisé", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, qui s'est rendu sur place à Villiers-sur-Marne.

Des explosifs ayant été découverts dans le fourgon des malfaiteurs, les enquêteurs pensent qu'ils s'apprêtaient à attaquer "soit un fourgon blindé, soit un établissement bancaire", a-t-il ajouté.

Nicolas Sarkozy a promis de faire arrêter les coupables. "Tout sera mis en oeuvre pour les attraper, et les punir avec la sévérité qu'un acte de cette nature justifie", a-t-il dit en marge d'une conférence de presse à l'Elysée.

Il a rendu hommage aux policiers municipaux qui, a-t-il dit "ont droit à la reconnaissance de la nation pour la qualité de leur travail".

Cinq malfaiteurs étaient toujours recherchés dans la journée dans la région parisienne. La brigade criminelle a été chargée de l'enquête, a précisé le parquet de Paris, qui privilégie aussi la piste du crime organisé.

SEPT BLESSÉS

Sept autres personnes ont été blessées par des coups de feu ou des éclats de verre, dont deux grièvement.

Une automobiliste, touchée au poumon droit, a été hospitalisée à La Pitié-Salpêtrière, à Paris.

"Son état est grave mais le pronostic vital n'est pas engagé", a-t-on déclaré de source policière.

Un policier municipal est par ailleurs touché à l'épaule. Un chauffeur de poids lourd, une autre conductrice et un policier sont également légèrement blessés.

"Ils sont tombés sur des fous furieux, des voyous. Il va falloir des mesures exceptionnelles parce que ça ne peut plus durer", a déclaré sur RTL Frédéric Foncel, vice-président du syndicat national des policiers municipaux (SNPM).

Ce dernier demande que l'ensemble des policiers municipaux soient désormais armés, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui.

"Les cinq malfaiteurs ont utilisé des armes d'épaule, ont fait feu tous azimuts", a dit pour sa part à Reuters Laurent Martin de Frémont, du syndicat SGP-Unité Police.

La course-poursuite avait débuté près de Créteil, où une patrouille du commissariat de Villeneuve-Saint-George avait décidé de contrôler un fourgon portant des impacts de balles et faussement immatriculé.

Ses occupants leur ayant tiré dessus, les policiers ont lancé une alarme générale et une course-poursuite s'est engagée d'abord sur l'A86, puis sur l'A4.

La principale fusillade a éclaté vers 09h30 (07h30 GMT) à la sortie de l'A4 à Villers-sur-Marne, où une patrouille de la police municipale s'est jointe aux policiers nationaux.

Les malfaiteurs, qui disposaient d'armes automatiques, sont parvenus à s'enfuir après avoir touché la policière municipale, l'un de ses collègues et plusieurs automobilistes.

Ils ont laissé sur place leur fourgon, qui a brûlé, et ont ensuite dérobé successivement deux véhicules, une Peugeot 206 retrouvée à Champs-sur-Marne, et une Mercedes, découverte à Noisy-le-Grand, avant d'échapper aux forces de l'ordre, a-t-on rapporté de source proche de l'enquête.

Dans le fourgon, les enquêteurs ont retrouvé des chargeurs d'armes automatiques et des explosifs.

Service France, édité par Thierry Lévêque