BFMTV

Un "florilège de bêtises": Christophe Castaner fustige les propositions de Guillaume Peltier

Invité à réagir à l'idée d'une "justice d'exception" contre le terrorisme, Christophe Castaner a considéré qu'il s'agissait d'un "florilège de bêtises". Problème, Bruno Lemaire tenait les mêmes propos il y a cinq ans...

Invité sur BFMTV ce lundi soir, l'ancien ministre de l'Intérieur et président du groupe La République En Marche (LaREM) à l'Assemblée nationale Christophe Castaner s'en est pris aux propos tenus par Guillaume Peltier dimanche sur RTL. Le vice-président des Républicains avait mis en avant et plaidé pour une "justice exceptionnelle" sans appel contre le terrorisme.

Un "florilège de bêtises", selon Christophe Castaner, qui selon lui en disent long sur les convictions politiques du numéro 2 de LR:

"Guillaume Peltier on sait d'où il vient, on sait où il est et manifestement on sait où il retournera", a-t-il lancé, en référence aux débuts politiques du député de Loir-et-Cher au Front National, et à sa proximité affichée avec Robert Ménard: "Il a au moins une constance: celle d'avoir les idées les plus conservatrices et rétrogrades".

Bruno Lemaire, lui aussi pour une justice d'exception en 2016

Problème: ce type d'annonces à propos d'une "justice d'exception" pour les radicalisés avait été déjà été citée par le passé... Par un membre du gouvernement actuel, en la personne de Bruno Lemaire. En 2016 sur le plateau de RTL, l'actuel ministre de l'Economie tenait presque mot pour mot les propos reprochés à Guillaume Peltier: expulsion systématiques des fichés S, enfermemement préventif des Français qui représenteraient une menace...quitte à changer l'Etat de droit, qui n'était selon lui pas "immuable".

Invité par BFMTV à réagir à la séquence, Christophe Castaner estime que Bruno Lemaire "a changé" en rejoignant Emmanuel Macron en 2017: "Vous avez la stratégie de tout mélanger au même moment. Mais les propos d'il y a cinq ans de Bruno Lemaire ne sont pas sa façon de penser d'aujourd'hui", a-t-il encore défendu.

Louis Augry