BFMTV

Traité d'Aix-la-Chapelle: Marine Le Pen accuse Emmanuel Macron de "vendre" la France à l'Allemagne

Marine Le Pen ce mercredi soir sur BFMTV.

Marine Le Pen ce mercredi soir sur BFMTV. - -

La présidente du Rassemblement national s'est insurgée de la prochaine signature d'un traité de coopération franco-allemand.

Invitée de Ruth Elkrief ce mercredi soir, Marine Le Pen a réagi au traité de coopération franco-allemand qui devait être signé le 22 janvier prochain entre Emmanuel Macron et Angela Merkel à Aix-la-Chapelle, et dont la signature a finalement été repoussée.

"Emmanuel Macron est en train de vendre notre pays et d'effondrer notre souveraineté", a estimé la présidente du Rassemblement national. 
"Il est en train de détruire ce que le général de Gaulle avait fait, c'est-à-dire mener la France en première division: un pays d'une puissance telle qu'elle discute avec toutes les grandes nations du monde. Avec des nations équivalentes comme la Grande-Bretagne, ou des plus puissantes comme la Russie et les Etats-Unis", a poursuivi la cheffe du parti d'extrême-droite.

Coopération sur les projets militaires

Sur notre antenne, Marine Le Pen est ensuite revenue sur la suggestion du vice-chancelier allemand fin-novembre, selon qui la France devrait abandonner son siège de membre permanent au Conseil de sécurité de l'ONU au profit de l'Europe. 

"Il (Emmanuel Macron) envisage, à terme, de partager notre siège au Conseil de sécurité (de l'ONU) avec l'Allemagne, et peut-être même de partager notre puissance nucléaire avec l'Allemagne car il veut à tout prix qu'il y ait des accords industriels sur le plan militaire qui vont nous rendre dépendants de l'Allemagne", explique la présidente du RN.
"Si nous faisons des armes avec les Allemands, nous devrons demander l'autorisation au Bundestag, nous Français, avant d'exporter des armes. Quant à l'affaire du siège de sécurité, c'est une catastrophe, c'est gravissime", a encore tonné Marine Le Pen.

Fake news

En réalité, les deux pays vont adopter "une clause de défense mutuelle", un principe de solidarité qui se traduira concrètement par le "déploiement de moyens de sécurité civile, de renseignement, voire militaires" communs en cas d'attaque terroriste.

"Le principe de coopération sera également posé sur les grands programmes industriels et d'équipement" militaires, à l'image des projets de char et d'avion de combat du futur déjà lancés par les deux pays, précise encore le traité d'Aix-la-Chapelle.

De fausses informations lancées par des proches de l'extrême-droite et reprises par des gilets jaunes circulent ces derniers jours sur les réseaux sociaux. Ils rapportent, à tort, qu'Emmanuel Macron s'apprête à céder l'Alsace et la Lorraine à l'Allemagne.

Jeanne Bulant