BFMTV

"Tout ce qu'on peut faire dehors, on le fait dehors": Attal incite à "davantage réduire ses interactions sociales"

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, le 10 mars 2021 à Paris

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, le 10 mars 2021 à Paris - Ludovic MARIN © 2019 AFP

Le porte-parole du gouvernement défend des mesures prises à l'aune des enseignements déjà tirés de la crise sanitaire et des deux premiers confinements.

"Le sens de ces mesures, c'est qu'il faut encore davantage réduire ses interactions sociales, ses contacts sociaux, et que tout ce qu'on peut faire dehors, il faut le faire dehors", a défendu vendredi Gabriel Attal sur RTL, pour "résumer les annonces qui ont été faites hier".

Jeudi, le Premier ministre Jean Castex a annoncé le reconfinement, bien que le mot n'a pas été prononcé, de 16 départements, dont l'Île-de-France et les Hauts-de-France. Une mesure qui concerne 22 millions d'habitants.

Par rapport à ce qui avait été édicté il y a un an, lors du premier confinement, et dans une moindre mesure en novembre, les présentes annonces du gouvernement marquent un changement de pied.

La "mise sous cloche" n'est plus de mise, "parce qu'on a appris depuis un an et depuis le début de cette crise. On a appris sur la manière dont l'épidémie se transmet, dont on peut s'en protéger", a estimé le porte-parole du gouvernement.

Territorialisation et adaptation

"Il ne s'agit pas de vivre dehors, mais les interactions que vous devez avoir, par exemple si la météo s'améliore... il vaut mieux passer un peu de temps dehors que en intérieur avec d'autres personnes", a poursuivi Gabriel Attal, tout en défendant le maintien des gestes barrières.

"Il faut porter le masque autant que possible, garder les distances, rester dans des groupes limités autour de six personnes. On nous demande, à raison, de tenir compte des enseignements que nous avons de cette crise depuis un an. Il y a une demande très forte de territorialisation, donc oui ça veut dire qu'on adapte les mesures aux territoires, et qu'on adapte les mesures à la lumière des enseignements qu'on a tirés de cette crise et des premiers confinements", a-t-il insisté.
Clarisse Martin Journaliste BFMTV