BFMTV

Thème n°5 : les chiens dangereux / la gratuité dans les musées

BFMTV
Jean-Jacques Bourdin et ses auditeurs ont également fait réagir l’ancien ministre de la culture et de l'éducation sur l’actualité du jour.

J-J B : Vous êtes arrivé ce matin en me parlant des chiens dangereux parce que vous avez été marqué par ce qui s’est passé hier en région parisienne ; qu’est ce que vous avez envie de dire ?
J L : Comme être humain, comme père, comme grand-père, et comme amoureux des êtres humains et des enfants, je suis révolté. Je suis révolté qu’un enfant joue et qu’une bête s’empare de lui et le tue. En l’espace de quinze jours, il y a eu trois enfants tués et c’est abominable. Ce n’est pas seulement une loi, mais une cause nationale et il faut prendre des mesures radicales. J’aime les animaux et je n’ai rien contre les chiens. Mais je pense qu’à partir du moment où l’on a un, on doit être pleinement responsable et je pense donc qu’il faut que, pénalement, celui qui a un animal soit responsable des crimes qu’il peut commettre.

J-J B : Est-ce qu’il faudrait mettre en place un permis pour être responsable d’un chien dangereux ?
J L : Ce pourrait être une solution, mais je pense qu’il y a vraiment des mesures draconiennes et radicales à prendre. Je ne suis pas spécialiste du sujet, simplement je veux exprimer au nom de beaucoup de personnes un sentiment de révolte et d’indignation. On ne peut pas rester les bras ballants devant une telle situation.

J-J B : Dernière question à propos des musées, on a lancé une expérience en France qui propose des gratuités dans quatorze ou quinze musées en France. Est-ce qu’il faut rendre tous les musées gratuits ?
J L : C’est une question qui n’est pas simple à régler. D’abord il faut bien que les musées vivent. Est-ce que l’Etat est prêt à se substituer, alors que son budget est stagnant. Les expériences des autres pays ne sont pas toujours concluantes. C’est bien de tenter quelques expériences. Puisque vous parlez de musées, je me permets d’adresser un grand hommage à Henri Loyrette, le président du Louvre. C’est vraiment l’un des grands patrons que le Louvre n’ait jamais eu. Hier, il a fait appel à un grand artiste pour réaliser une commande qui sera installé au Louvre de façon définitive. Le Louvre combinant le patrimoine ancien et la création contemporaine.

La rédaction-Bourdin & Co