BFMTV

Thème n°5: Le désamiantage

BFMTV
La Ministre Valérie Pécresse revient sur le désamiantage de l'Université Jussieu et sur les chantiers à mener dans un futur proche.

J-J B : Puisqu’on parle de précaution, parlons de l’amiante et de l’Université Jussieu. D’abord le désamiantage retardé et terminé deux ans plus tard que prévu. Cinq cas de cancers parmi les ingénieurs chercheurs plus tard, qu’est ce que vous avez à dire ?
V P : J’ai témoigné hier de toute mon émotion à leurs familles. Ils ont travaillé sur ce campus de Jussieu pendant des dizaines d’années, c’était des chercheurs.

J-J B : Est-ce qu’il pourrait y avoir d’autres cas ?
V P : Ce serait alors rétro actif, parce que c’est sur une période qui s’est arrêtée en 1996 mais bien entendu il pourrait y avoir d’autres cas.

J-J B : Est-ce que l’Etat est responsable ?
V P : Dans le cas de l’amiante comme dans tous les cas de crises sanitaires, il y a des fonds d’indemnisation pour les victimes parce qu’effectivement nous avons construit à l’époque sans le savoir. C’est une responsabilité qui n’est pas intentionnelle. Ce que je veux dire sur le campus de Jussieu, c’est qu’effectivement les travaux ont pris du retard parce que nous avons fait un choix au départ dont nous n’avions pas mesuré la complexité qui est le choix de désamianter des locaux occupés. Il faudra en tirer les leçons pour les futurs chantiers qu’il reste encore à mener.

J-J B : Il y a d’autres chantiers à mener ? Il y a donc encore des chercheurs qui respirent de l’amiante ?
V P : Oui mais ce ne sont pas les mêmes risques que Jussieu parce qu’il n’y a plus du tout d’amiante friable, il n’y a que de l’amiante confiné dans des faux plafonds mais qui ne sont normalement pas nocifs dès lors que le plafond ne descend pas. Il faut qu’on continue à marche forcée le désamiantage de tous les bâtiments, c’est notre responsabilité, nous l’assumerons.

La rédaction-Bourdin & Co