BFMTV

Tabac : Faut-il aller plus loin dans l’interdiction ?

-

- - -

Cinq ans après l’entrée en vigueur de la loi contre le tabagisme dans les lieux publics en février 2007, le nombre de fumeurs n’a pas baissé. Même au sein de l’entreprise, on a parfois tendance à contourner l’interdiction. Faut-il durcir la loi antitabac ? Donnez votre avis ici.

Le 1er février 2007, la France imposait l'interdiction de fumer dans les lieux publics fermés. Cinq ans plus tard, le bilan est mitigé. Si la mesure a permis de désenfumer l'atmosphère dans les entreprises ou dans les cafés et restaurants, elle est restée sans effet notable sur le nombre de fumeurs et sur la consommation de cigarettes : en 2010, un tiers des Français âgés de 18 à 75 ans fumaient, soit 2% de plus qu’en 2005 avant la mise en place de la loi, selon l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes) et l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies.

« Fumeurs et non-fumeurs ne se disputent plus »

Premier constat cinq ans après la loi : l'air est plus respirable dans les cafés. Monique, qui travaille au bar Florida à Toulouse, a remarqué la différence : « Quand les gens rentrent c’est plus sain, plus respirable. Les gens qui fument ou ne fument pas ne se disputent plus, et les enfants et les poussettes peuvent revenir. Avant, c’était impossible. »

Un certain relâchement dans l’entreprise

Mais dans certains lieux, l'interdiction semble connaître un certain relâchement : de plus en plus de Français fument au bureau, parfois même sans se cacher. Dans une étude publiée le 27 janvier dernier par l'association Droits des non-fumeurs, 36% des sondés disaient avoir été en contact avec la fumée de cigarette sur leur lieu de travail.
Clara est salariée dans une entreprise du secteur tertiaire à Toulouse. Elle ne « fume pas dans l’entreprise pendant les heures de travail. » Mais elle admet qu’il y a des exceptions : « Le soir, quand il nous arrive de travailler tard sur des dossiers et que les non-fumeurs sont partis, on prend la liberté d’ouvrir le vélux et de fumer au vélux. Si ça ne dérange pas et que l’endroit est aéré pour le lendemain matin, c’est pas grave ! »

« La loi telle qu’elle est suffit largement »

Face à ce léger relâchement, faut-il aller plus loin dans la loi et imposer l’interdiction de la cigarette dans les parcs et les jardins publics, ou même dans les voitures ? « La loi telle qu’elle est suffit largement », estime Michel, 50 ans, qui fume depuis dix ans. « Ce n’est pas nécessaire d’interdire de fumer dans les voitures, les appartements, les jardins publics : ce serait une contre-mesure »

« A 14 ans, un jeune sur deux commence à fumer »

Suzanne Marcerou est médecin généraliste à Toulouse. Pour elle, il faut aller plus loin : « Je suis pour l’amplification d’une loi antitabac. Je pense que les jeunes ne sont pas suffisamment informés, on ne leur interdit pas assez de fumer. Ils s’imaginent que c’est sans contraintes, sans risques. D’autant plus que le tabac est très présent dès l’âge de 14 ans. 1 jeune sur 2 de 14 ans commence à fumer régulièrement. »