BFMTV

"Sujets de niche" et "politiquement corrects": les thèmes abordés au G7 ne conviennent pas à Trump

Le réchauffement climatique, l'égalité entre les femmes et les hommes et la croissance de l'Afrique ne sont pas des sujets qui intéressent le président américain. Selon son entourage, Donald Trump s'ennuie au G7, lui qui était venu pour vanter la croissance économique de son pays.

Donald Trump s'ennuie. Les thèmes mis en avant durant le sommet du G7, qui s'est ouvert samedi à Biarritz dans le Sud-Ouest de la France, ne le satisfont guère de l'aveu même de son entourage. Le réchauffement climatique, l'égalité entre les hommes et les femmes ou encore la croissance de l'Afrique, ne sont pour lui que des "sujets de niche" et "politiquement corrects", ont fait savoir les conseillers du président américain, dans des propos rapportés par plusieurs médias américains, et compilés ici par le Guardian.

L'entourage de Donald Trump accuse même Emmanuel Macron de chercher à l'isoler sur la scène diplomatique en mettant l'accent sur la fracture entre les Américains et les autres pays participant au G7. Tandis qu'autour de Biarritz, des manifestants écologistes militent et réclament des actions concrètes pour venir à bout des feux qui ravagent l'Amazonie, le chef d’Etat français voudrait embarrasser son homologue américain en abordant le sujet du réchauffement climatique, ce dernier ayant décidé de quitter l’accord de Paris sur le climat en 2017. Résultat: Donald Trump est furieux, selon ses conseillers. Lui, voulait parler de croissance et vanter la bonne santé de l’économie américaine.

Des antécédents qui font craindre le pire

Le sommet avait pourtant bien commencé. Face à l'océan et sous un soleil estival, Donald Trump et Emmanuel Macron se sont retrouvés samedi autour d'un déjeuner informel à l'Hôtel du Palais. A l'issue de ces deux heures d'entretien, le président américain a même fait l'éloge de cet échange, qualifié de "meilleure rencontre que nous avons eue jusqu'ici".

Mais en coulisse, Trump fulmine et sa frustration pourrait encore s’accentuer au cours de ce G7 qu’il considère depuis le début comme une perte de temps. Ce dimanche, le ministre iranien des Affaires étrangères a rejoint Biarritz pour discuter du dossier sur le nucléaire iranien duquel les États-Unis se sont retirés en 2018. Un sujet brûlant sur lequel les participants au sommet tentent de convaincre Donald Trump de faire un geste.

Le temps n’est donc pas au beau fixe et les antécédents de Donald Trump font craindre le pire. Le dernier G7, qui s’était déroulé en 2018 au Canada, s’était achevé dans des claquements de portes. Au dernier moment, le président américain avait fait volte-face en annonçant, dans une habituelle série de tweets rageurs, le retrait de son soutien au traditionnel communiqué final qui clôt le sommet.

Céline Bruneau à New York, avec Ambre Lepoivre