BFMTV

Sarkozy et Hollande ont été d'"aussi mauvais" présidents pour 2 Français sur 3

Sarkozy et Hollande ont été d'"aussi mauvais" présidents, pour les deux tiers des Français.

Sarkozy et Hollande ont été d'"aussi mauvais" présidents, pour les deux tiers des Français. - BFMTV

Un nouveau sondage dresse un constat peu flatteur, pour l'actuel président de la République et son prédécesseur à l'Elysée, alors qu'ils pourraient de nouveau s'affronter l'année prochaine.

Deux Français sur trois (62%) jugent que François Hollande et son prédécesseur Nicolas Sarkozy ont été globalement des présidents de la République "aussi mauvais" l'un que l'autre, selon un sondage Odoxa pour France 2.

Près de 62% renvoient les deux hommes dos à dos, jugeant qu'ils ont été tous les deux "aussi mauvais" à l'Elysée, 25% pensent que Nicolas Sarkozy a été meilleur président et 12% que c'est le chef de l'Etat sortant qui l'a été.

Les Français ne sont d'ailleurs que, respectivement, 33% et 27% à souhaiter que Nicolas Sarkozy et François Hollande jouent à l'avenir un rôle aussi important qu'aujourd'hui voire plus important. Ils sont très nettement distancés par Alain Juppé (68%) et Marine Le Pen (50%). 72% des Français veulent carrément que François Hollande se retire de la vie politique, un chiffre comparable à celui pour son prédécesseur (66%), et qui atteint 49% pour Marine Le Pen, 31% pour Alain Juppé.

2/3 estiment que la gauche peut disparaître du paysage politique

De ces quatre personnalités politiques, la présidente du FN et candidate à la présidentielle de 2017 est celle que les sympathisants de droite souhaitent le plus voir jouer un plus grand rôle à l'avenir (74% contre 67% pour Juppé et 53% pour Sarkozy). Alain Juppé (72%) devance François Hollande (54%), Marine Le Pen (24%) et Nicolas Sarkozy (17%) chez les sympathisants de gauche.

Près des deux tiers des personnes interrogées (63%) estiment par ailleurs que la gauche peut disparaître du paysage politique l'an prochain (50% temporairement et 13% définitivement).

Enquête réalisée en ligne du 29 au 30 septembre auprès d'un échantillon de 1.053 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

la rédaction avec AFP