BFMTV

Loi Travail: 73% des Français opposés à l'utilisation du 49-3

Les partisans de gauche estiment à 71% que le recours au 49-3 serait choquant.

Les partisans de gauche estiment à 71% que le recours au 49-3 serait choquant. - Capture BFMTV

D'après un sondage Odoxa pour Le Parisien, France Info et MCI, 73% des sondés trouveraient "choquante" une nouvelle utilisation de l'article 49-3 par le gouvernement pour faire adopter la loi Travail.

Ce mardi marquera la onzième journée de mobilisation contre la loi Travail. Dénoncé par les syndicats mais également par une partie de la gauche ou l'opposition, le texte, profondément modifié, doit être adopté par le Sénat. Le gouvernement devra toutefois trouver une majorité à l'Assemblée face à des Français majoritairement opposés au recours à l'article 49-3 alors que le projet de loi doit revenir dans les mains des députés à partir du 5 juillet.

D'après un sondage Odoxa pour Le Parisien, France Info et MCI, 73% des sondés trouveraient "choquante" une nouvelle utilisation de l'article 49-3 par le gouvernement pour faire adopter la loi Travail. Un sentiment en hausse de deux points par rapport à la dernière enquête sur cette question. Au contraire, 27% ne verraient pas d'un mauvais oeil un nouveau passage en force du gouvernement.

Les frondeurs alliés de la droite

Dans le détail, les partisans de la gauche sont très largement opposés à l'utilisation de cet article permettant de se passer d'un vote des députés. Si 71% d'entre eux estiment que la répétition de cette situation serait "choquante", 59% des sympathisants de la droite partagent cet avis et même 86% chez ceux du Front national.

Si une nouvelle motion de censure devait être déposée par la droite après une nouvelle utilisation du 49-3 par le gouvernement, 58% des personnes interrogées pensent "que les députés frondeurs de gauche devraient cette fois la voter", contre 40% d'un avis contraire.

L'article 2 en question

L'article 2 qui donne la primauté aux accords d'entreprise sur ceux de branche reste la disposition la plus controversée. Deux tiers des Français (65%) pensent que les syndicats s'opposent à l'article 2 du texte sur les accords d'entreprises "car cela limitera leur pouvoir". Pour 64%, l'adoption de cet article "impliquera que beaucoup d'entreprises chercheront à négocier à la baisse les droits des salariés".

Pour 44% des personnes interrogées (contre 55%), l'article 2 "permettra de développer le dialogue social au sein des entreprises" et 40% (contre 59%) pensent que, s'il s'appliquait, il pourrait "avoir des conséquences positives sur l'emploi".

Enquête réalisée en ligne les 23 et 24 juin auprès de 1.011 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

J.C. avec AFP