BFMTV

Départementales: carton plein pour l'UMP grâce au front républicain

Nicolas Sarkozy lors d'un discours sur les départementales au QG de l'UMP, le 7 mars 2015.

Nicolas Sarkozy lors d'un discours sur les départementales au QG de l'UMP, le 7 mars 2015. - Thomas Samson - AFP

Les bons scores du Front national au premier tour des élections départementales permettraient à l'alliance UMP-UDI de l'emporter au second tour, selon un sondage Odoxa pour Le Parisien et RTL.

Le front républicain sera-t-il la clé de la victoire de l'UMP et de l'UDI aux élections départementales des 22 et 29 mars prochain? Les bons scores du Front national au premier tour du scrutin permettraient à ces alliés de circonstance de profiter du report de voix du front républicain, selon un sondage Odoxa pour Le Parisien et RTL.

> Le FN en tête au premier tour

Au premier tour, c'est le FN qui l'emporte, selon ce sondage, avec 31% des voix. L'alliance de l'UMP et de l'UDI est créditée elle de 29%, contre 20% pour le PS, 8% pour le Front de gauche et 4% pour Europe Ecologie - Les Verts.

Un score en légère hausse pour le parti de Marine Le Pen. Le 4 mars dernier, le sondage CSA pour BFMTV indiquait un FN en tête avec 29% des suffrages pour les départementales.

> Les électeurs UMP préfèrent le FN

Mais malgré ces bons résultats, le FN n'en est pas au raz-de-marée qu'il espère. Car la question du front républicain, cette position politique qui consiste à appeler à faire barrage au Front national, permettrait à l'UMP de l'emporter au second tour grâce aux voix des électeurs de gauche: 52% des électeurs du PS voteraient UMP en cas d'un duel avec le FN.

Mais en cas de duel PS-FN, les électeurs de l'UMP n'auraient pas la même attitude: ils seraient 28% à préférer le FN, contre 27% qui choisiraient le PS. Appeler à voter pour la gauche pour stopper le FN ne fait plus recette chez les militants UMP: en février dernier, deux sympathisants sur trois disaient souhaiter que leur parti ne donne aucune consigne de vote pour la législative partielle du Doubs. Le "ni ni" semble donc gagner du terrain, même s'il ne met pas tout le monde d'accord à l'UMP. Enfin, dans l'hypothèse d'un duel PS-UMP, les électeurs FN seraient 50% à préférer l'UMP contre 5% le PS, 45% préférant s'abstenir.

> Le PS pourrait limiter la casse

Quelle sera l'ampleur de la catastrophe pour le PS? Le parti de la majorité pourrait perdre entre 30 et 40 départements lors du scrutin. Son dernier espoir: les réserves de voix à gauche. 70% des électeurs d'extrême gauche seraient prêts à se mobiliser pour le PS en cas de duel PS-FN, et 65% en cas de duel PS-UMP.

L'enquête a été réalisée jeudi et vendredi dernier, soit plusieurs jours avant l'appel de Manuel Valls à un "réveil des consciences" contre le Front national. Dimanche, le Premier ministre a dit son "angoisse" face à une possible victoire du parti de Marine Le Pen. Un parti dont il dit "revendiquer la stigmatisation", car il "n'apporte aucune solution".

A. K.