× BFMTV
Découvrez l'application
BFMTV
INSTALLER
French presidential election candidate for the right-wing Les Republicains (LR) party Francois Fillon gives a press conference on March 1, 2017 in Paris. Fillon said he will be charged over allegations he paid his wife and children for fake jobs but that he would not pull out of the campaign. Fillon, a conservative, said he would meet investigating magistrates on March 15 but denied all the allegations against him and reiterated that his family had "assisted" him during his political
 

L'ancien directeur de campagne de François Fillon, Patrick Stefanini, était l'invité d'Europe 1, ce lundi matin. Il souhaite que les élus de droite se parlent afin de trouver une solution. D'autant plus, a-t-il ajouté, que François Fillon s'est interrogé sur un possible retrait de sa candidature.

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • Et maintenant ?
    Et maintenant ?     

    Sarko a trouvé comment diriger le pays : pousser SA marionnette Fillon, le faire élire et ensuite le gaver de couleuvres et mettre ses hommes aux postes clé

    Fillon serait le President bidon, alibi pour Sarko qui tirera les ficelles avec ses troupes.

    Mieux que "House of Cards" !

  • Dominique Pradal
    Dominique Pradal     

    j' ai honte pour notre pays il ne mérite pas cela !!!!!!!Le pourrissement du système politique français qui se complait dans l'inaction, les compromissions et la corruption atteint son stade final. Ayant participé très activement à toutes les élections présidentielles françaises depuis quarante ans, je ne pensais jamais avoir à assister à une campagne aussi désastreuse que celle dans laquelle s’enfonce aujourd’hui notre pays. J’en pleurerai de rage et de colère. Et je sais que je suis loin d’etre le seul.
    Cette lamentable comédie à laquelle nous assistons n’est pas que le produit des circonstances, qui semblent s’acharner pour la rendre dérisoire. Elle est le résultat profond d’un pourrissement du système politique français, qui depuis trente ans au moins, préfère se complaire dans l’inaction, les petites rivalités de personnes, les compromissions grandes ou petites; les corruptions, ouvertes ou tacites. De cela, nous mourons.
    Le néant de l'inaction
    Les Français le sentent bien, qui, en majorité, aimeraient pouvoir voter pour un autre candidat que tous ceux qui se présentent aujourd’hui, sans pouvoir le nommer. Ils aimeraient qu’on leur propose un programme sérieux, cohérent, avec un calendrier rapide de mise en œuvre. Ils aimeraient avoir des dirigeants honnêtes et d’experience. Ils savent bien que ce n’est pas dans les pathétiques affrontements d’égos des candidats que se trouvent la solution de leurs problèmes quotidiens ni surtout de ceux de leurs enfants. Ils comprennent bien que la plupart des hommes politiques n’ont pas l’amour du pays chevillé au corps, mais l’amour d’eux-mêmes et des honneurs qu’ils convoitent. Ils sentent bien que le pays s’enfonce dans le néant de l’inaction.
    Déjà, nous avons perdu des années, vingt sans doute, sous l’effet de la procrastination et de l’insouciance de nos dirigeants politiques. Et aujourd’hui, cela commence à se faire sentir.
    Jamais, en tout cas depuis 1945, notre dette publique n’a été plus élevée. Jamais le chômage des jeunes n’a été plus durable. Jamais notre balance des paiements n’a été aussi déficitaire. Jamais autant d’adolescents ne sont sortis du système scolaire sans savoir lire, écrire et compter. Jamais nos hôpitaux, nos écoles n’ont été aussi surchargées, en manque de moyens. Jamais le progrès technique n’a exigé autant de choix politiques. Jamais, aussi depuis 1945, l’environnement écologique et géopolitique n’ont été aussi menaçants.

    Devant cela, qu’entendons-nous? Rien. Et la campagne d’aujourd’hui ne peut avoir qu’une seule signification: les hommes politiques savent qu’ils n’ont pas la réponse à ces questions, qu’ils n’ont pas le caractère ni les compétences pour affronter ces tempêtes, et ils ont préféré mettre en scène le désastreux spectacle de la compétition de leurs égos, plutôt que de nous parler de ces sujets difficiles.
    Il n’y a pas de réponses simples aux problèmes de la France. Rien ne se fera sans effort. Tout suppose une analyse lucide, une conscience claire des positions de nos alliés et de nos adversaires, un programme cohérent, clair, complet, ambitieux, à mettre en œuvre immédiatement. Une intégrité sans faille, une capacité à imposer des choix, face aux puissants du monde et à leurs chantages. une experience de l’exercice du pouvoir en même temps qu’une capacité à oser le neuf.
    Nos dirigeants politiques, et ceux qui aspirent à le devenir ne parlent jamais de tout cela. Ou, quand ils en parlent, on ne les entend pas. La classe politique française ressemble à ces parents indignes qui préfèrent mettre la radio a fond pour ne pas entendre les cris de leurs enfants. Un jour, bientôt, les enfants se vengeront.

Votre réponse
Postez un commentaire