BFMTV

Selon Olivier Véran, "l'épidémie n'est pas terminée", mais elle est en "déclin rapide"

L'épidémie de Covid-19 est "en cours de maîtrise", a déclaré le ministre de la Santé sur RMC/BFMTV ce jeudi matin.

"L'épidémie n'est pas terminée", a rappelé le ministre de la Santé Olivier Véran sur RMC/BFMTV ce jeudi matin, au lendemain de l'annonce de levée du confinement dès dimanche, et de la fin du port du masque en extérieur dès ce jeudi.

"L'épidémie n'est pas terminée cela certainement pas, puisqu'il y a encore des diagnostics qui sont faits, des personnes hospitalisées, il y a encore des variants, notamment le delta d'origine indienne, qui circule dans notre pays", a-t-il expliqué, mais "sur le territoire national, l'épidémie est en déclin rapide et nous retrouvons une situation comme nous l'avons connue au mois d'août dernier".

L'épidémie est "en cours de maîtrise"

Il a expliqué que l'épidémie était "en cours de maîtrise" ce qui "ne justifie plus aujourd'hui que nous demandions aux Français de rentrer chez eux à 23h", ou de porter un masque en extérieur, hors des situations de foule ou de rassemblements.

"On a toujours été dans la juste proportion entre les contraintes demandées aux Français et les risques pour leur santé, hors on constate qu'on est à un peu plus de 3000 nouveaux diagnostics par jour, et on est surtout sur une dynamique de baisse de l'épidémie qui s'est accentuée semaines après semaines" y compris avec les dernières levées de restrictions.

Selon le ministre de la Santé, la baisse du nombre de cas signifie désormais que le système Tester-Alerter-Protéger mis en place par le gouvernement "est pleinement opérationnel et amplifie les mesures de freinage" qui restent en place.

Interrogé sur la portée politique de cette levée des restrictions, à trois jours des élections régionales, et alors que certains dans l'opposition dénoncent une mesure électoraliste, Olivier Véran a rejeté la critique: "Je ne crois pas que les Français puissent imaginer qu'on adapte les règles, ou que nous faisons la pluie et le beau temps sur l'épidémie, en fonction d'une élection territoriale, ça n'a pas de sens".

Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV